Tondeur fait l'impasse sur Hawaï pour se focaliser sur les Mondiaux et l'Euro

Alexandra Tondeur
Alexandra Tondeur - © THIERRY DEKETELAERE - BELGA

En 2018, la triathlète Alexandra Tondeur aura pour objectifs principaux les Mondiaux ITU à Fyn (Danemark), l'Euro ETU longue distance à Madrid et l'Euro ETU moyenne distance à Ibiza. Elle fera par contre l'impasse sur l'Ironman d'Hawaï. C'est ce que la triathlète a annoncé vendredi lors d'un point presse.

Après une année passée au sein de l'Itzu Tri Team, l'équipe professionnelle de Luc Van Lierde, Alexandra Tondeur, 30 ans, a choisi de s'entraîner à nouveau de manière individuelle. "C'était ma première expérience dans une équipe professionnelle, a expliqué la Brabançonne. C'était intéressant, il y avait du positif et du négatif. Le programme prévoyait peu de compétitions afin de rester frais pour Hawaï. Or, j'ai l'habitude de courir régulièrement. J'ai fait confiance au coach, mais ce programme n'a pas collé à ma peau." Tondeur a tout de même décroché de beaux résultats, comme une troisième place (et deuxième européenne) à l'Ironman de Francfort et une victoire à l'Ironman 70.3 du Luxembourg.

Tondeur a dès lors décidé de quitter l'équipe professionnelle et de choisir son propre encadrement afin de "mettre tout sur l'humain". Son année 2018 commencera à Marbella le 29 avril par un Ironman 70.3. "J'aurai trois objectifs majeurs: les Mondiaux ITU à Fyn (14 juillet, 3 km de natation, 120 km à vélo, 30 km de course à pied), l'Euro ETU longue distance à Madrid (23 septembre, 3,8 km de natation, 180 km à vélo, 42 km à pied) et l'Euro ETU de moyenne distance à Ibiza (26 octobre, 1,9 km de natation, 90 km à vélo, 21 km à pied). Cela me permet de me focaliser sur des championnats intéressants. En plus, ces trois épreuves sont de plus en plus prisées par les athlètes d'Ironman. Et le tout en restant en Europe."

Pas d'Ironman d'Hawaï au programme donc. Tondeur ne garde pas un bon souvenir de l'édition 2017, qu'elle a terminée en 27ème position. "J'en ai fait des cauchemars, confie-t-elle. Il y a eu une remise en question dans tous les domaines. Je dois régler tout ce qui concerne l'entraînement et le staff avant de retourner à Hawaï. Ce n'est pas que j'étais mal préparée, mais là-bas il y a eu une somme de petites choses physiques et psychologiques qui ont fait que je n'étais pas à 100% le jour où je devais être à 200%. Par exemple, je n'avais pas passé en revue mon plan alimentaire avant la course et j'ai eu des problèmes d'acclimatation. J'ai envie d'y retourner en 2019, après une année solide. Je vais travailler sur le long-terme."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK