Le tir à l'arc, un sport sans distinction entre valides et moins valides

La pratique d'un sport a des effets bénéfiques sur le corps qui ne sont plus à prouver. Mais le sport sert parfois aussi d'anti-dépresseur, même dans les situations les plus difficiles à vivre. Pour Emilie Ruys, c'est le tir à l'arc qui a joué ce rôle essentiel.

A la suite d'un accident de voiture à l'âge de 13 ans, Emilie subit une trentaine d'opérations. Elle passe alors de nombreux séjours à l'hôpital et c'est là qu'elle découvre le tir à l'arc. Aucune des opérations subies jusque-là ne réduit sa mobilité. Puis elle est victime d'une erreur médicale qui la "cloue dans une chaise" et ne lui laisse d'autre possibilité qu'une amputation .

Vient alors une période très difficile qu'elle surmonte grâce au regard et à la force de ses enfants mais aussi grâce au tir à l'arc et à la grande famille qu'il constitue.

Même en chaise, Emilie n'a jamais pensé à arrêter son sport et avoir la possibilité de le pratiquer avec les personnes valides lui permet de mettre son handicap de côté. Le tir à l'arc a à présent pris une autre dimension dans sa vie, grâce à lui, elle n'a jamais baissé les bras, ne perdant jamais la cible des yeux.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK