"Je rêve de devenir Miss Univers en novembre à Bruxelles"

Laurence Delcourt a 52 ans. Sa passion c’est le culturisme dans la catégorie Hard Body. Une catégorie sans limite d’âge ni de poids qui met en avant le volume musculaire. Elle se lève à 5h et commence la journée par une heure de cardio à jeun. Elle passe plus de 2 heures par jour à la salle de musculation sans compter son travail physique d’aide ménagère.

C’est à l’âge de 26 ans et après deux grossesses que Laurence a décidé de commencer la salle de sport. "Au début c’était pour retrouver la forme. Et après on se prend au jeu. On veut avoir un peu plus de muscles. On veut se tonifier. Après je me suis documentée. J’ai parcouru des magazines et en voyant ces athlètes ça m’a fait un peu rêver. Et j’ai voulu avoir un beau corps comme ça. Cela dit je n’ai jamais eu de problèmes avec ma féminité. En faisant ce sport je n’ai jamais voulu ressembler à un homme."

Troisième à Miss Univers en 2016, deuxième en 2018, Laurence vise le titre mondial. Cela fait plus d’un an qu’elle prépare le concours qui aura lieu en novembre à Bruxelles.

Neuf mois avant la compétition, elle est dans une phase de prise de muscles et de calories. Au menu 4000 calories par jour. Un préparateur physique lui concocte un menu strict. 7 repas quotidiens. Un mélange précis de protéines, de glucide et de gras. Elle doit manger à heure fixe sans faire d’écart. "Quand mes petits-enfants viennent à la maison et que je suis en période sèche c’est compliqué. C’est une période où je ne peux quasi plus rien manger, quand ils prennent leur collation, même un petit biscuit, c’est dur pour Granny."

Le culturisme a une image fréquemment liée au dopage. Aujourd’hui les contrôles sont plus nombreux surtout en compétition. Laurence a toujours défendu un sport propre. Et malgré les sollicitations qu’elle demande parfois à son corps, sa santé a toujours été sa priorité absolue. "Je fais régulièrement de grosses prises de sang pour vérifier notamment le foie, les fonctions du cœur, l’hématocrite, les globules et compagnie. Il faut avoir un suivi quand on fait du sport de haut niveau."

Pour la compétition de Miss Univers elle espère atteindre 67 kilos pour 1m 60 et 6% de masse graisseuse. Pour Fabio Giannotta, le coach de Laurence, le culturisme est un des sports les plus ingrats. "Miss Univers c’est deux années de travail pour 3 minutes de gloire. C’est tout. On ne gagne pas d’argent. Les sacrifices ne sont pas pris en compte. La seule chose qui est importante c’est d’être parfait le jour J."

Vingt-quatre heures avant la compétition Laurence arrêtera de boire de l’eau. Une déshydratation forcée qui permettra à ses muscles d’être plus saillants. Elle rêve du titre mondial ensuite elle devrait définitivement arrêter la compétition. "Je crois que ce sera ma dernière compétition. Mais personne n’y croit. Je dis ça à tout le monde et le premier à ne pas me croire c’est mon entraîneur" dit Laurence en riant.

Laurence Delcourt espère ravir la couronne mondiale le 15 novembre à Bruxelles à l’Acte 3. Et même si elle arrête la compétition à cette date elle a promis de continuer à former des jeunes qui rêvent de suivre les traces de la culturiste de Walhain.

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK