Merckx à l'heure à Mexico

1972. Eddy Merckx justifie son surnom de "Cannibale" en raflant Milan-Sanremo, la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, le Giro et Tour de France. Rien que ça. Mais il lui en faut plus, Eddy, toujours plus. Le Bruxellois a déjà puisé dans ses réserves, mais il veut quand même s’attaquer au record de l’heure, un défi qui lui trotte dans la tête depuis un moment. Après à peine quelques semaines de préparation, Merckx s’envole mi-octobre vers Mexico. Dans l’avion, Jacques Anquetil, qui fait le déplacement pour la télévision française, le met en garde : ce sera compliqué.


►►► À lire aussi : Notre dossier spécial pour les 75 ans d'Eddy Merckx


Au vélodrome olympique de Mexico, Eddy a tout à perdre, parce que quand on s’appelle Merckx et qu’on s’attaque à un record, on doit le battre. Pour cela, le Bruxellois a particulièrement préparé sa monture. Afin d’alléger le vélo au maximum, le guidon, la tige de selle, la tige de fourche et l’intérieur des roues ont été perforés, tandis que les boyaux ont été gonflés à l’hélium.

Après quatre jours d’attente pour que les conditions climatiques soient bonnes, le mercredi 25 octobre à 8h56, Eddy s’élance à la conquête du record détenu par le Danois Ole Ritter. Objectif : rouler plus de 48 km 853 m en une heure. Motivé comme jamais – ou plutôt comme toujours —, Eddy Merckx se jette comme un forcené dans la bagarre. Il est parti tellement vite que son directeur sportif Gorgio Albani lui demande de ralentir. Toute l’équipe retient son souffle. Le mécano est prêt à bondir avec le vélo de rechange en cas de cervaison. Sur la piste, Eddy ne faiblit pas et atteint un rythme de croisière de 24 secondes au tour. Sur les antennes radio de la RTB, Luc Varenne tient son auditoire en haleine.

L'heure la plus dure de sa carrière

L’heure tourne, les minutes s’égrènent, Eddy souffre mais garde son allure. Il réussit même à accélérer dans les dernières minutes. Il avale les 200 derniers mètres en 13 secondes. C’est carrément sur un sprint que se termine la plus belle mais aussi la plus longue heure de la carrière d’Eddy Merckx. En une heure, Eddy a roulé 49 km 431 m. Il bat le record de Ritter de 778 m. Le Danois aurait été doublé deux fois.

Eddy Merckx est le nouveau recordman de l’heure. A ce moment, il est surtout épuisé et il souffre. Il ne sait plus s’asseoir. Ses muscles sont paralysés par l’effort. Les symptômes vont durer trois jours. "On n’a pas le temps de se rendre compte que l’on souffre", répond-il à l’époque. "C’est en descendant de machine qu’on réalise qu’on a souffert. Je ne pouvais plus marcher. Mais on oublie tous les sacrifices qu’on a faits lorsqu’on réussit. Bien sûr, il y a des moments pénibles, des moments plus durs, surtout après une saison fort chargée. Lorsque c’est terminé, on est content".

Eddy Merckx conservera son record du monde pendant 28 ans, jusqu’en l’an 2000. Depuis 2003, le vélo de Mexico est, lui, exposé à la station Eddy Merckx du métro de Bruxelles. Il n’aura finalement roulé qu’une heure, mais quelle heure !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK