Yates assure son succès sur la Vuelta et prolonge la domination britannique sur les GT, l'étape reine pour Mas

Simon Yates célébrera dimanche la victoire de la Vuelta 2018. Le Britannique de l’équipe Mitchelton-Scott a résisté ce samedi aux attaques de ses adversaires lors de l’étape reine du Tour d’Espagne qui reliait Andorre et le Coll de la Gallina sur 97,3 km à travers l’ascension de six cols.

Cette 20e et avant-dernière étape explosive est revenue au jeune espagnol Enric Mas qui a battu dans un sprint en côte le Colombien Miguel Angel Lopez . Simon Yates a pris la 3e place et cédé 23 secondes. Un écart qui n'a pas fait vaciller sa première place. 

Dimanche à Madrid lors de la dernière étape destinée aux sprinteurs, Yates se présentera donc avec une avance 1:46 d'avance sur Enric Mas et 2:04 sur Miguel Angel Lopez. Respectivement deuxième et troisième avant cette dernière étape de montagne, Alejandro Valverde (+3:09)  et Steven Kruijswijk (+1:15) ont craqué et descendent du podium.

Après les succès de Chris Froome sur le Giro d’Italia et de Geraint Thomas sur le Tour de France, c’est donc un autre sujet de Sa Majesté Élisabeth II qui décroche le troisième Grand Tour de la saison cycliste. Yates succède d’ailleurs à son compatriote Chris Froome sur le routes espagnoles.

Dominateur au mois de mai en Italie avant de craquer dans la dernière semaine, le coureur de 26 ans a cette fois-ci géré d’une main de maître le final de cette Vuelta et décroche une première grande victoire à son palmarès, lui qui n’avait jamais fait mieux qu’une sixième place à la Vuelta en 2016.

 

Une étape intense de bout en bout

Avec un tel programme, les grimpeurs du peloton sont passés à l'offensive dès les premiers kilomètres avec un Thomas De Gendt déchaîné dans les deux premières ascensions pour s'assurer de remporter le maillot de meilleur grimpeur. Avec lui, Vincenzo Nibali, Rafal Majka ou encore Bauke Mollema essayaient de prendre le large mais le peloton ne laissait pas faire.

Alors que Quintana avait planté quelques banderilles inoffensives, la première attaque dangereuse a été lancée par Miguel Angel Lopez dans le Col de Beixalis à 40 km de l'arrivée. Les échappés ont ainsi été rejoints par le Colombien avant que Yates et ses équipiers ne ramènent le maigre peloton sur la tête de la course.

À 32 km du terme, Quintana a alors retenté sa chance en descente et tenté de mettre Yates en difficulté dans l'ascension suivante. Rejoint par Lopez, il a forcé le leader de la Vuelta à réagir seul. Avec son accélération à 17 km de l'arrivée, le Britannique a emmené Enric Mas dans son sillage. 

Ce festival d'attaques faisait craquer Kruijswijk et surtout Valverde, soutenu par un Quintana dévoué dans les derniers kilomètres.

Dans le dernier col du jour, les deux hommes les plus frais, Mas et Lopez, lâchaient Yates qui pouvait contrôler grâce au matelas conséquent dont il disposait. La victoire se jouait donc au sprint entre les deux hommes avec le succès pour le protégé d'Alberto Contador.

Derrière Yates, arrivé à 23 secondes du duo de tête, Pinot et Uran faisaient bonne figure avec moins d'une minute de retard. Kelderman, Kruijswijk et De La Cruz devançaient quant à eux Quintana et Valverde, distancés de plus de 3 minutes.

Le classement général a ainsi pris sa forme définitive avec Yates devant Mas (+1:46) et Lopez (+2:04). Suivent ensuite Kruijswijk (+2:54), Valverde (+4:28), Pinot (+5:57), Uran (+6:07), Quintana (+6:51), Izagirre (+11:09) et Kelderman pour compléter le top 10 (+11:11).

 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK