Wallays piège le peloton et remporte la 18e étape de la Vuelta

Jelle Wallays (Lotto-Soudal) s'est imposé à Lleida et a apporté à la Belgique son premier succès sur le Tour d'Espagne 2018. Le coureur belge, accompagné de Sven Erik Bystrom (UAE Team Emirates), a résisté de justesse au retour du peloton. Le leader Simon Yates (Michelton-Scott) a vécu une journée tranquille.

Le duo, parti dès la première heure de course (avec Jetse Bol), a conservé quelques centimètres d'avance sur le triple champion du Monde Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). Les équipiers des sprinters, sans doute usés par les efforts des derniers jours, ont trop calculé. Les échappés ont eux parfaitement géré leurs efforts pour garder assez de force pour les derniers kilomètres. Wallays a décidé de ne plus passer après la flamme rouge. Il s'est ensuite montré le plus puissant au sprint.

Wallays décroche sa 7e victoire professionnelle, la première dans un Grand Tour. Il comptait déjà à son palmarès Paris-Tours, le GP Cerami ou A Travers la Flandre.

Notre compatriote a expliqué s'être beaucoup inspiré des coups tactiques réussis de l'ex-coureur français Thomas Voeckler. "Aujourd'hui j'ai appliqué beaucoup des conseils qu'il a pu me donner, rester cool, y aller tranquille parce que tout le monde veut un sprint", a raconté Wallays. "J'ai tenté un coup de poker aujourd'hui, je n'avais pas peur de perdre (d'être rattrapé, NDLR), j'étais déjà heureux d'avoir fait le spectacle pour le public avant le dernier kilomètre."

Le champion du monde Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), toujours bredouille dans cette Vuelta, a pris une rageante 3e place... soit son cinquième podium d'étape dans ce Tour d'Espagne sans le moindre succès!

En attendant une ultime chance pour le Slovaque dimanche lors de la traditionnelle dernière étape dans les rues de Madrid, la Vuelta attend son dénouement au classement général, toujours ultra-resserré puisque les cinq premiers se tiennent en moins de 2 minutes.

Simon Yates n'a qu'un mince avantage sur Alejandro Valverde, 38 ans, qui rêve d'ajouter une deuxième Vuelta à son palmarès, neuf ans après la première conquise en 2009. Et psychologiquement, le Britannique peut craindre de vivre le même effondrement que celui qu'il avait connu sur le Tour d'Italie en mai, maillot rose sur le dos.

L'épatant grimpeur espagnol Enric Mas (23 ans, Quick-Step) est troisième à 1 min 22 sec, le Colombien Miguel Angel Lopez (Astana) quatrième à 1 min 36 sec et le Néerlandais Steven Kruijswijk (LottoNL-Jumbo) cinquième à 1 min 48 sec.

"Valverde et Mas sont des coureurs de grande classe, je m'attends à ce qu'ils soient très actifs", a prévenu Yates, qui réside en principauté d'Andorre depuis 2015 et s'y entraîne. "Je connais très bien les étapes en Andorre, j'espère que ce sera un avantage."

Bref, tout reste à décider: vendredi, la 19e étape promet une belle bagarre entre Lleida et le sommet du col de la Rabassa (1re catégorie) au terme de 154,4 km d'une route casse-pattes dans les Pyrénées. Et samedi, le juge de paix de cette Vuelta sera une 20e étape ultra-nerveuse de 97 km avec pas moins de six difficultés répertoriées!

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK