Wout van Aert se sent encore relativement frais malgré un jour de repos intense

"Pourquoi appelle-t-on cela un jour de repos ? J’ai à peine pu me reposer", s’est interrogé sur le ton de la boutade un Wout van Aert très sollicité mardi lors de la conférence de presse de son équipe Jumbo-Visma.

Au lendemain de la première victoire de sa carrière sur le Tour de France, van Aert a roulé quelques heures avec ses équipiers pour une sortie matinale en toute décontraction. De retour à l’hôtel – dépourvu d’air conditionné – vers 13h30, il a rapidement pris une douche et mangé avant de satisfaire aux nombreuses demandes des médias belges, français et internationaux. "Cette journée a été très animée jusqu’à présent mais ce sera peut-être plus calme quand vous serez tous partis", a souri van Aert. "Ça fait partie du jeu, surtout quand on gagne une étape au Tour. Il faut assumer."

Alors qu’il dispute son premier grand tour, le natif d’Herentals semble s’être habitué sans trop de difficultés à enchaîner les étapes jour après jour. "Après dix jours on est certainement fatigué", a-t-il concédé avant de faire le point sur ses sensations. "Si j’ai les jambes lourdes mercredi, je penserai à ma victoire et cela atténuera la douleur. Je me sens encore bien, je récupère assez bien après les étapes. Lors des étapes où je n’avais aucune possibilité et où j’avais fait mon boulot, j’ai essayé de souffler un peu et de préserver mes forces. J’espère que ça va m’aider pour la suite du Tour. Je me sens relativement frais et l’ambition est toujours de rallier Paris. Entre-temps, j’espère aider Steven (Kruijswijk) comme je peux et Dylan (Groenewegen) dans les sprints plats. Puis qui sait, Mike (Teunissen) et moi aurons peut-être une autre occasion de saisir notre chance sur des arrivées plus exigeantes."

Le champion de Belgique contre-la-montre espère aussi s’illustrer sur le contre-la-montre de Pau vendredi. "Évidemment, je pense à cette étape. Je veux porter mon maillot tricolore et ce sera certainement ma seule possibilité de l’afficher cette année. Ce sera spécial et je veux bien faire. J’ai roulé trois contre-la-montre cette année et je les ai tous les trois remportés. Ce serait bizarre de ne pas être ambitieux à Pau."

Van Aert est ensuite revenu sur son succès au sprint et sur l’expression du 2e, Elia Viviani, très étonné de voir le spécialiste du cyclocross le devancer sur un tel final. "On m’a beaucoup parlé de ces images. Sur le coup, je ne comprenais pas. D’habitude dans un sprint, on se rend compte de qui est à côté de soi donc je me demandais bien pourquoi il me fixait. Quand j’ai revu les images, j’ai vu toute l’amertume d’Elia. Son visage parlait de lui-même. Je ne le connais pas personnellement mais c’est une image insolite de le voir comme cela."

Alors qu’ils multiplient les exploits sur route, le triple champion du monde de cyclocross (2016, 2017 et 2018) refuse toujours de jouer le fer de lance de la sélection belge aux Mondiaux sur route du Yorkshire en septembre prochain. Van Aert a en effet répété qu’il préférait préparer sa saison hivernale dans les labourés. "Je comprends qu’on veuille me voir au départ des Mondiaux et cette victoire au Tour ramène le débat sur le devant de la scène mais il faut faire des choix. Je veux continuer à faire du cyclocross et je veux aussi prendre du repos. Les gens ont tendance à oublier que je roule sans interruption depuis un bon moment. Je vais prendre des vacances au mois d’août avant de préparer ma saison de cyclocross."

Enfin, le Belge de 24 ans s’est exprimé au sujet des 'cétones' dont l’utilisation a été rendue publique par son équipe Jumbo-Visma. "C’est un non-sujet. L’équipe les utilise depuis deux ans déjà. C’est un supplément alimentaire comme tant d’autres. C’est un peu comme les gels que nous utilisons en course. Je ne dois pas commencer à expliquer combien de gels je prends. Nous roulons au plus haut niveau et c’est normal que nous essayions de prester au mieux. Les cétones ne sont pas interdits. C’est permis et je ne comprends donc pas qu’on en discute."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK