Vanmarcke à nouveau en forme avant le Tour

Sep Vanmarcke
Sep Vanmarcke - © YORICK JANSENS - BELGA

Sep Vanmarcke est débarrassé des ennuis de santé qui lui avaient joué des tours aux championnats de Belgique de contre-la-montre et sur route. "Je me sens à nouveau bien", a assuré le coureur ouest-flandrien. "Mes problèmes de santé sont derrière moi".

Vanmarcke, qui avait déclaré l'an dernier qu'il hésitait à prendre à nouveau part au Tour de France, a trouvé un nouveau souffle ces dernières semaines et entamera la Grande Boucle 2016, son 4e Tour consécutif, avec envie. "L'année passée je ne savais plus très bien ce que je venais chercher ici, mais maintenant je me sens bien. Je vais entamer ce Tour avec plaisir, dans mon nouveau rôle au sein du train pour les sprints".

Vanmarcke est également débarrassé des soucis digestifs qui le dérangeaient la semaine dernière aux championnats de Belgique de contre-la-montre et de course sur route. "Je savais que ce serait un peu juste pour le National. J'ai quand même pris le départ, mais j'ai rapidement senti que je n'étais pas suffisamment rétabli et que je ne pouvais pas rouler à mon niveau habituel. C'était mieux que j'abandonne. Maintenant je me sens bien physiquement. Je m'entraîne normalement depuis plusieurs jours".

Vanmarcke a remporté l'étape-reine du Ster ZLM Toer, dont il a également empoché la victoire finale. "Cette victoire aux Pays-Bas m'a fait du bien. Je me sens bien dans le train de Dylan. Dans ce train, je suis l'antépénultième coureur, il y a ensuite Robert Wagner, pour mener Dylan à la victoire. Cela me plait de lancer ainsi le sprint, de travailler pour lui et de prendre le dernier kilomètre à mon compte. Au ZLM Toer, Robert et moi avons parfois échangé nos places et cela s'est bien passé, mais je pense quand même que Robert est meilleur dans ce rôle d'avant-dernier homme, il est un peu plus explosif. Nous sommes dans une bonne spirale. Je ne dis pas que nous allons facilement gagner une étape ici, mais c'est notre ambition et nous allons essayer de le faire".

Quant à la possibilité de tenter lui-même sa chance, "s'il y a des occasions, pourquoi pas?", indique le coureur."Mais c'est le Tour. Ce n'est pas facile. Les échappés n'ont pas toujours beaucoup de chance, et à l'arrivée tu te retrouves confronté à des coureurs comme Van Avermaet, Degenkolb ou Sagan. On verra. Je suis avant tout ici pour l'équipe".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK