Un jour, un maillot jaune : Raphaël Geminiani, une consécration après 11 ans d'attente

En 106 éditions, 288 coureurs ont porté le prestigieux maillot jaune du Tour de France. Chaque jour découvrez l’histoire d’un de ces leaders – éphémères ou non – de la Grande Boucle. Place à Raphaël Geminiani, porteur du maillot jaune en 1958.

"Le maillot jaune, c’est significatif, c’est la consécration. Ce maillot jaune, j’ai attendu un bon moment pour l’avoir. Il m’a donné l’étoffe d’un grand routier. Bien que je courrais après, je ne m’y attendais pas. Il m’est tombé dessus dans l’étape de l’Aubisque, à l’arrivée à Pau".

Au-delà du prestige, cette tunique implique des responsabilités. "Cela vous engage à bien faire. Ça vous change la course. Ça vous donne des forces."

Geminiani a perdu la tête du Général le lendemain de sa prise de pouvoir avant de reprendre le maillot dans le contre-la-montre du Ventoux. Il l’a définitivement cédé trois jours plus tard à Aix-les-Bains. Il a terminé ce Tour 58, remporté par Charly Gaul, à la 3e place. "Ce maillot jaune vient trop tard et il part très tôt", conclut Le grand fusil avec nostalgie.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK