Un jour, un maillot jaune : Pascal Lino, 11 jours de "règne"

En 106 éditions, 288 coureurs ont porté le prestigieux maillot jaune du Tour de France. Chaque jour découvrez l’histoire d’un de ces leaders – éphémères ou non – de la Grande Boucle. Place à Pascal Lino qui a porté le maillot jaune pendant 11 jours en 1992.

"J’ai été leader. Je n’ai pas été N.1, j’ai été leader de l’épreuve. Quand tu es jeune, tu rêves devant des coureurs, devant des courses, tu as envie d’être coureur cycliste professionnel, mais je ne me voyais pas porter un jour le maillot jaune."

Et puis arrive la 3e étape du Tour 1992 entre Pau et Bordeaux. "Le jour où je prends le maillot je me glisse dans l’échappée. Ça bagarre pendant une demi-heure. J’y vais. Caritoux (un de ses équipiers, ndlr) y va. Pourquoi, c’est mon coup qui part ? C’était mon jour ! On peut très bien apparenter ça à de la chance. De toute façon, il en faut dans le vélo."

Lino garde la tête pendant plusieurs jours. Il réalise un très bon chrono à Luxembourg (6e) lors de la 9e étape. "J’ai fait le job comme un malade pendant tout le Tour. Et plus ça allait, plus je me sentais bien et plus je marchais. Donc ça me donnait de la confiance. Ce maillot m’a vraiment transcendé".

Le Français se classe finalement 5e à Paris. "Ça aurait été tellement sympa de finir sur le podium, mais ça reste une bonne perf. Ça m’a fait progresser et ça m’a permis de faire mob job dans de meilleures conditions, mais ça n’a pas changé ma vie."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK