Trois questions à Cyril : "Je ne pense pas qu'Alaphilippe soit en mesure de gagner le Tour"

Rodrigo Beenkens a posé trois questions à Cyril Saugrain après le contre-la-montre de Pau pour la treizième étape du Tour de France. Les deux hommes sont évidemment revenus sur l’incroyable prestation de Julian Alaphilippe, vainqueur d’étape et toujours porteur du maillot jaune.

On se demandait si Alaphilippe allait être capable de conserver son maillot jaune, non seulement il l’a fait mais il a gagné l’étape. On a l’impression qu’il est sur une autre planète là… "On l’a toujours dit, le maillot jaune transcende. C’est vrai qu’hier on disait qu’il devrait conserver son maillot, perdre un petit peu de temps… sur le grand favori du jour qui était Geraint Thomas. C’est complètement un scénario inverse que l’on a vu. C’est lui qui vient reprendre du temps à Geraint Thomas. Le maillot jaune donne des ailes, on le savait. Aujourd’hui ça se confirme. Lui donnera-t-il des ailes encore longtemps ? C’est encore une autre question !"

Jusqu’où va aller Alaphilippe ? Il y a véritablement une "Alaphilippe-mania"… Est-ce que quelqu’un, qui était l’an dernier à 1h28 au général, peut gagner le Tour cette année ? "Personnellement je ne l’envisage pas. Je me dis qu’il y a un moment où il va craquer. J’envisageais vraiment la perte du maillot demain soir au sommet du Tourmalet. Il a repris quand même une quinzaine de secondes aujourd’hui donc on peut envisager que ça puisse passer juste sur la dernière ascension. Moi je pense vraiment que demain ça risque d’être compliqué. Mais si ce n’est pas le cas, il le perdra à mon avis quand même dans les alpes. En tous les cas, ça reste ma position. Je ne pense pas qu’Alaphilippe soit en mesure de gagner le Tour."

Geraint Thomas a aussi marqué des points malgré tout aujourd’hui, en distançant Bernal. Est-ce que vous pensez que Bernal a perdu le Tour aujourd’hui ? "C’est vrai qu’en restant à quatre secondes on pouvait toujours envisager qu’il y ait des revirements de situations. Maintenant Bernal va devenir vraiment l’équipier de luxe de Geraint Thomas. La seule question qu’on peut se poser c’est, s’il y a des mouvements de course, si Deceuninck Quick-Step veut tenter des choses avec Mas, est-ce que ce n’est pas à Bernal de répondre dans un premier temps ? Et puis de laisser les choses revenir, avec les équipiers derrière qui ramèneraient peut-être Geraint Thomas dans la course. Peut-être qu’Ineos devrait utiliser ce deuxième atout et attendre un petit peu que les choses bougent."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK