Tour de France : Sagan fait la tête, les baroudeurs à la fête, la bagarre slovène

Trois images fortes de cette deuxième semaine du Tour de France
Trois images fortes de cette deuxième semaine du Tour de France - © Belga Image

Le Tour 2020 en est à sa deuxième journée de repos, après une première lundi dernier. L’occasion pour nous de revenir sur les étapes disputées depuis la première pause.

Bennett et Ewan supersoniques, Peter Sagan agressif

Le début de semaine a d'abord été marqué par deux sprints, sur l'Ile de Ré (dixième étape) puis à Poitiers (onzième étape). Sam Bennett a fait un pas intéressant dans la conquête du maillot vert dans la première citée. Caleb Ewan a montré dans la deuxième, au terme d'une étape dans laquelle il ne s'est absolument rien passé, qu'il était un sprinteur tout particulier.

Lors de ce sprint de Poitiers est survenu un des faits polémiques de la semaine : le coup de tête de Peter Sagan à Wout Van Aert. Simple tentative de se frayer un passage selon le premier, acte volontaire qui lui a coûté la victoire selon le deuxième. Le Slovaque n'est plus celui qu'il a été : ça se sent, ça se voit. Plus aucun trait d'humour, plus aucun sourire, que des comportements inhabituels pour le gaillard.

Il a été déclassé ce jour-là, ça faisait une belle jambe à Wout Van Aert, qu'on voyait tous s'imposer dans ce sprint royal.

Les baroudeurs ont le sourire

Fini de 'rigoler' ensuite pour les sprinteurs, place à des journées très difficiles pour le peloton. Le moment aussi de voir resurgir deux célèbres questions : Les favoris vont-ils placer un homme à l'avant ? L'échappée va-t-elle aller au bout ?

La douzième étape (entre Chauvigny et Sarran sur 218 kilomètres, soit le plus long parcours du Tour de France 2020), la treizième étape (entre Châtel Guyon et le Puy Mary Cantal) et la quatorzième étape (entre Clermont-Ferrand et Lyon) ont souri aux audacieux, aux baroudeurs qui ont tenté de loin. Un moment appréciable sur les routes de la Grande Boucle, quand quelqu'un d'autre qu'un sprinteur ou qu'un coureur du top 5 au général s'impose.

A Sarran, c'est Marc Hirschi qui a levé les bras. Le Suisse avait déjà terminé à la troisième place et à la deuxième place dans cette édition. Un succès totalement mérité donc pour le coureur de la Sunweb âgé seulement de 22 ans. Un autre jeune à tenir à l'oeil, comme les Tadej Pogacar, Egan Bernal et Remco Evenepoel par exemple.

Au Puy Mary Cantal, un des sites emblématiques de l'Auvergne, c'est le Colombien Daniel Felipe Martinez qui a impressionné. Le coureur moustachu de l'équipe Education First a devancé deux autres échappés : les Allemands Lennard Kämna (Bora) et Maximilian Schachmann (Bora aussi). Un joli sprint en costaud pour parachever une échappée pleine de courage.

A Lyon, un autre coureur Sunweb a donné le sourire à sa formation : Soren Kragh Andersen. Sorti de son groupe d'échappés à trois kilomètres du but, le Danois n'a laissé aucune chance à Luka Mezgec (Mitchelton-Scott) et à Simone Consonni (Cofidis).

Trois baroudeurs sur la plus haute marche du podium lors de trois belles étapes rythmées.

Roglic et Pogacar ne se lâchent plus

Dimanche, dans cette fameuse étape entre Lyon et le Grand Colombier, le spectacle était également au rendez-vous.

Un groupe à l'avant qui tente mais comprend petit à petit qu'il va se faire croquer par le peloton. Une meute emmenée par l'équipe Jumbo-Visma avec des coureurs qui réalisent un écrémage saisissant, voire presque inattendu. Ainsi, c'est Wout Van Aert qui roule en montage pour faire sauter tour à tour des coureurs comme Nairo Quintana, Guillaume Martin ou encore... Egan Bernal, le tenant du titre. Un tempo impressionnant pour ce coureur aux multiples facettes qu'on prend de plus en plus de plaisir à voir évoluer.

Le final de l'étape nous ramène à cette conclusion naissante depuis plusieurs jours : Tadej Pogacar et Primoz Roglic sont les deux hommes forts de ce Tour de France 2020. Nouveau duel slovène donc dans cette 15e étape. Roglic place la première accélération, Pogacar le suit. Pogacar place la deuxième accélération (en vue de la ligne d'arrivée), Roglic le suit, sans pouvoir déborder le vainqueur au sommet du Grand Colombier.

A six jours du dénouement parisien, le Tour de France s'habitue au slovène, la langue des deux premiers du classement, qui ont survolé la course jusqu'à présent. Lequel l'emportera ? Le maillot jaune Primoz Roglic semble parfaitement maitriser son sujet, la fougue de Tadej Pogacar lui permettra peut-être de refaire les 40 secondes de retard.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK