Tour de France : Nils Politt décroche la 12e étape en baroudeur à Nîmes

Nils Politt (Bora-Hansgrohe) a remporté la 12e étape du Tour de France à Nîmes. L’Allemand s’est montré le plus fort et le plus malin d’un groupe de 13 hommes qui s’était détaché après un début de course ultra-rapide et balayé par le vent.

Il a d’abord opéré la sélection pour former un quatuor avant s’en aller seul à 11 kilomètres de la ligne. Il décroche le 2e succès de sa carrière, sans conteste le plus beau, et apporte à sa formation son premier bouquet sur cette Grande Boucle, le jour de l'abandon de Peter Sagan.

Tadej Pocagar (Bora-Hansgrohe) a passé une journée tranquille et conserve le maillot jaune.


►►► Retrouvez tous les médias (vidéos, sons, articles) du Tour de France 2021 dans notre carte interactive spéciale
►►►
Notre page spéciale Tour de France
►►► tous les classements


La double ascension du Ventoux a laissé des traces et des toxines dans les jambes. Certains coureurs aspirent sans doute à quelques kilomètres de rodage. Le vent du nord en décide autrement. Dès le baisser du drapeau, ça explose dans tous les sens. Le peloton se déchire en de multiples éventails. Meurisse, De Gendt, Nibali, Yates, Verona, Porte ou Morkov font partie des "piégés". Cela continue de ferrailler jusqu’au moment où un groupe de 13 se détache. Aux côtés de nos compatriotes Edward Theuns (Trek-Segafredo) et Brent Van Moer (Lotto-Soudal), on retrouve Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), Andre Greipel (Israël-Start Up nation), Imanol Erviti, (Movistar), Stefan Küng (Groupama-FDJ), Stefan Bissegger (EF Education first), Connor Swift (Arkéa-Samsic), Harry Sweeny (Lotto-Soudal), Luka Mezgec (Bike-Exchange), Sergio Henao (Qhubeka NextHash), Edvald Boasson Hagen (Total-Energies) et Nils Politt (Bora-Hangrohe).

Après de longs kilomètres d’entente cordiale, l’Allemand de Bora est le premier à secouer l’échappée à 50 kilomètres de Nîmes. La bagarre pour la victoire d’étape – le peloton pointe à près d’un quart d’heure – est lancée. Politt insiste à plusieurs reprises avant de réussir à s’isoler avec Küng, Erviti et Sweeny. Les quatre hommes, qui représentent quatre équipes qui n’ont pas encore gagné, s’entendent et s’offre d’abord une marge d’une trentaine de secondes, puis d’une minute. Sweeny profite des dernières rampes du jour pour faire sauter le rouleur suisse.

Politt patiente encore quelques kilomètres avant de dégainer. Son attaque est tranchante, puissante, elle surprend Sweeny et Erviti. Le deuxième de Paris-Roubaix 2019 est lancé dans un solo de 11 bornes. Bouche grande ouverte, il matraque ses pédales et maltraite sa machine. Concentré sur son effort, il commence à comprendre que la victoire lui tend les bras juste avant la flamme rouge. Suffisant pour savourer. Edward Theuns et Brent Van Moer ont pris les 7e et 8e places.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK