Tour de France : Dylan Teuns résiste à l’extra-terrestre Pogacar, nouveau leader, pour empocher la 8e étape au Grand-Bornand

La huitième étape de ce Tour de France 2021, la première dans les Alpes, a pris la forme d’un feu d’artifice sensationnel samedi entre Oyonnax et Le Grand Bornand. 150 km de pur plaisir pour les amateurs de cyclisme qui n’auront jamais eu le temps de souffler. Le mérite à un Tadej Pogacar exceptionnel et hors-catégorie !

Pourtant, ce n’est pas un Slovène qui a levé les bras sur la ligne d’arrivée mais bien un Belge ! Membre de l’échappée, Dyaln Teuns a héroïquement résisté au phénomène pour s’imposer en solitaire sur la ligne d’arrivée. Une deuxième victoire sur les routes du Tour de France pour le coureur de l’équipe Bahrain Victorious. Ion Izagirre et Michael Woods ont quant à eux pris la 2e et 3e place.


►►► Retrouvez tous les médias (vidéos, sons, articles) du Tour de France 2011 dans notre carte interactive spéciale
►►► 
Notre page spéciale Tour de France


Au général, les dégâts sont énormes avec Pogacar qui a égaré tous ses rivaux. Remarquable dans sa force de volonté, Wout van Aert s’est très bien défendu sur ce terrain accidenté et a conservé sa deuxième place au général alors que Mathieu van der Poel a complètement explosé et cédé sa tunique jaune à Pogacar. Les autres grands perdants du jour s’appellent Geraint Thomas et Primoz Roglic, largués dès les premiers kilomètres de course.

►►► Tour de France : tous les classements après la 8e étape, Teuns gagne, Pogacar en jaune, Poels prend les pois

6 images
Dylan Teuns © AFP or licensors

Une première moitié d’étape infernale, Roglic et Thomas passent par la fenêtre

6 images
Primoz Roglic © Belga Images

Les organisateurs du Tour de France ont vu juste ! Placer 5,5 km d’ascension dès le kilomètre zéro, c’est le terrain idéal pour semer la zizanie dès les premières minutes de course. Un tronçon pentu dans la forêt d’Echallon qui fait immédiatement des dégâts. Tim Merlier est le premier à décrocher après à peine 2 km. Arnaud Démare décroche dans la foulée, juste avant le maillot vert Mark Cavendish… et Christopher Froome.

Les défaillances s’enchaînent à un rythme effréné alors que Wout Poels tente de lancer une première échappée. Pas le temps de basculer que Geraint Thomas explose définitivement. Le maillot jaune Mathieu van der Poel tire la langue, fait l’élastique mais finit par reboucher en descente.

Le toboggan suivant compte son lot de rampaillons. Wout van Aert en profite pour passer à l’attaque. Il manque alors 125 km. Attentif, Tadej Pogacar fait l’effort pour recoller alors que s’en est trop pour Primoz Roglic, diminué par ses blessures et abandonné par ses équipiers. Le Slovène garde le sourire mais ne reverra plus les roues du peloton.

6 images
Wout van Aert et Tiesj Benoot © Belga

Pierre Latour explose aussi, Colbrelli impressionne et prend des points pour le maillot vert. On pense alors que la course va se tasser mais c’est sans compter sur le tempérament offensif de Tadej Pogacar. Fatigué de (pour) suivre, le vainqueur sortant passe lui-même à l’attaque à 100km de l’arrivée. Le Slovène ne reçoit aucune aide de ses compagnons d’échappées et se fait revoir par le groupe Van Aert dans les kilomètres suivants.

Le champion de Belgique a lui aussi des fourmis dans les jambes. Après la première ascension répertoriée du jour – la Côte de Copponex (Cat3.) – Van Aert se met à plat ventre pour revenir sur une quinzaine de coureurs. Soutenu par ses équipiers, Pogacar reviendra dans les kilomètres suivants ! Quel mano a mano !

" Plus la peine de se tirer la bourre dans la plaine. On s’expliquera dans les 50 derniers kilomètres ", pensent sans doute les deux hommes qui lèvent un peu le pied.

18 coureurs en profitent alors pour s’isoler à l’avant. Parmi eux, Quintana, Woods, Poels, Teuns, Benoot, Yates, Kuss ou encore Guillaume Martin. Il ne reste alors que 75 km et la moitié de l’étape s’en est allée à une allure vertigineuse.

Pogacar dégoûte ses adversaires, Teuns récompensé

Mais le meilleur reste à venir dans cette étape complètement folle avec le terrible enchaînement Côte de Mont-Saxonnex (6,1 km à 8,1%) – Col de Romme (8,8 km à 8,9%) – Col de la Colombière (7,5 km à 8,4%).

A l’avant, c’est Michael Woods qui prend les choses en main en déposant Soren Kragh Andersen et Tiesj Benoot dans le Col de Romme. Quintana, Yates, Poels, Cattaneo et Dylan Teuns suivent à quelques hectomètres tandis que le peloton est distant d’environ 6 minutes.

L’équipe UAE fait le forcing avec Formolo qui fait exploser tour à tour les rescapés des deux premières heures de course. Meintjes, Mollema et Nibali doivent lâcher prise. Même chose pour le valeureux maillot jaune Mathieu van der Poel. Wout van Aert perd lui aussi les roues des meilleurs mais s’accroche à ses rêves de maillot jaune.

Malheureusement pour le Belge, Tadej Pogacar ne veut pas faire de cadeaux aujourd’hui. A 30 km du but, le Slovène place une accélération dévastatrice. Richard Carapaz est le seul à résister… pendant quelques secondes. Le maillot blanc est tout simplement supérieur et s’envole seul vers l’arrivée. Alaphilippe, Lutsenko, Mas, Uran Gaudu, Kelderman et Vingegaard sont scotchés !

Pogacar possède à ce moment 5 : 40 de retard sur le groupe de tête. Un écart qui va fondre à une allure folle dans les kilomètres suivants. A l’avant, Teuns sent qu’il doit bouger ! A 20 km du but, le Belge attaque et lâche Simon Yates pour revenir magistralement sur Woods. Le plus dur reste toutefois à venir puisque la fusée Pogacar se rapproche inexorablement. A la bascule au sommet du Col de la Colombière, Teuns parvient à conserver une vingtaine de secondes d’avance sur Pogacar. Un petit écart qui va sauver le coureur de l’équipe Bahrain Victorious. Habile dans les 15km de descente, Teuns va conserver une belle avance sur ses poursuivants et pourra savourer sa deuxième victoire sur les routes du Tour. Derrière lui, Pogacar savoure aussi alors que ses adversaires terminent sans force… loin derrière lui !

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK