Thomas De Gendt très heureux de sa 3e place dans le chrono de la 13e étape

Thomas De Gendt a longtemps détenu le meilleur chrono du contre-la-montre de la 13e étape du Tour de France vendredi à Pau. Seuls Geraint Thomas et Julian Alaphilippe l'ont ensuite dépassé. "Troisième, c'est le mieux que j'ai pu faire, je perds quand même avec un gros écart. Alors je ne dois pas être déçu et l'accepter. Je n'ai pas calé dans les virages et je ne me suis pas trompé lors des changements de vitesses. Ces deux-là étaient plus rapides", a avancé le coureur Lotto Soudal, qui a concédé 36 secondes au leader français.

"J'avais l'impression de ne pas aller assez vite. Mais au premier pointage, j'ai vu que j'étais devant", a raconté De Gendt. "Cela m'a donné, je ne dirais pas des ailes, mais l'envie d'aller très loin. Le point le plus difficile a été le départ. La première montée était celle où il fallait vraiment avoir réglé son rythme. Si on était en retard, c'était difficile de se rattraper, mais si on était trop devant, c'était difficile de défendre son avance. Alors j'ai essayé de récupérer le plus possible dans la descente sans perdre de temps dans les virages. Puis, sur le dernier plat, le vent était fortement contraire."

De Gendt a perdu quelques secondes dans le final en se retenant dans le virage où Van Aert est tombé. "L'équipe m'a prévenu que ce virage difficile se trouvait là. Je voulais y aller doucement mais comme il était allongé là, j'ai dû rouler encore plus lentement. J'ai été logiquement poussé vers l'extérieur. Je perds 2 ou 3 secondes. Wout n'était pas beau à voir. J'espère qu'il va bien. J'ai déjà été troisième dans le contre-la-montre au Giro sur un parcours plus ou moins semblable mais un peu plus long. La semaine dernière a été difficile pour tout le monde. Et je suis à mon meilleur niveau comme tout le monde a pu le voir. C'est un parcours où il fallait parfois aller vite, et parfois ralentir, il faut élaborer un schéma. Kevin De Weert le fait très bien pour moi, tout comme pour Victor Campenaerts. J'ai pu pousser les watts indiqués sur le papier et c'est pour cela que j'ai réussi un bon temps. Je pense qu'il s'agit d'une grande prestation pour quelqu'un qui n'est pas vraiment un coureur de contre-la-montre. Jeudi, je n'étais pas dans l'échappée et j'ai tout de suite fait le déclic pour tout donner le lendemain. J'ai roulé à fond comme je le fais toujours dans une course contre la montre. J'ai essayé d'économiser de l'énergie parce que je savais que c'était un parcours, qui me convenait bien."

Pour expliquer ses bonnes prestations jusqu'ici sur le Tour, De Gendt a parlé d'un changement de rôle. "Maxime Monfort a été repris dans la sélection pour rouler en tête et ramener les échappés avant le sprint. Max l'a fait et j'ai été épargné par l'équipe notamment pendant l'étape de Saint-Etienne (où il a gagné). Je n'ai pris part qu'à deux échappées, ce qui fait aussi une différence. C'était un contre-la-montre de 27 km et je ne suis pas épuisé. Il faut utiliser d'autres muscles, mais je vois le reste du Tour d'un bon oeil", a conclu De Gendt.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK