Saugrain : "Sagan est limite, on voit un peu son côté sombre"

Caleb Ewan, deuxième mardi, n'a cette fois pas laissé passer sa chance et s'est imposé lors de la 11e étape du Tour de France mercredi à Poitiers. Le sprinteur de la Lotto-Soudal a devancé les autres sprinteurs (ndlr : dont Peter Sagan, déclassé pour avoir bousculé Wout Van Aert), à l'issue d'un parcours de plaine, animé par l'échappée de Matthieu Ladagnous, repris après près de 120 km en solitaire.

Comme tous les soirs, nous avons posé trois questions à Cyril Saugrain, notre consultant.

L’équipe Lotto Soudal a connu beaucoup de malchance en début de Tour de France. Ils n’ont plus que cinq coureurs. Avec une deuxième victoire, seule l’équipe Jumbo-Visma a fait mieux. Caleb Ewan est-il un peu l’arbre qui cache la forêt ?
"Ce n’est peut-être pas le terme. Les victoires d’étapes, ils étaient venus avec Caleb Ewan. Ils avaient aussi John Degenkolb, il aurait peut-être répondu présent sur ce type d’arrivées, et Philippe Gilbert pour les arrivées encore plus explosives. Ils ont trouvé une force mentale pour se remobiliser. La première victoire d’Ewan a fait du bien à l’équipe. Ca met du baume au cœur."

Que se passe-t-il avec Peter Sagan ? Il a tassé quelques adversaires lors de sprints intermédiaires, hier pas un regard envers son ex-équipier Sam Bennett, aujourd’hui une attitude un peu limite dans les derniers mètres avec Wout Van Aert.
"Plus on avance, plus on analyse les fautes et pics de Sagan… c’est le réflexe d’un coureur qui n’est pas au niveau qu’il voudrait et qui est obligé de prendre tous les risques pour essayer d’atteindre des objectifs. Il est limite donc obligé de prendre des risques. On voit un peu le côté sombre de Sagan."

On va changer de braquet jusqu’à Paris. Pas facile à gérer pour les coureurs.
"Toutes les étapes vont être difficiles maintenant. On va avoir des puncheurs dans un premier temps, puis le classement général qui va se dessiner dans les Alpes. On a une fin de Tour très difficile. Pour les sprinteurs, ils peuvent se donner rendez-vous à Paris."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK