Rodrigo Beenkens: "Dan Martin est le plus fort de la 2e semaine"

A une semaine de l’arrivée à Paris, le Tour de France n’a jamais été aussi indécis. Rodrigo Beenkens dresse le bilan chiffré des derniers jours et se projette vers les six prochaines étapes.

Jura-Vosges : Avantage Aru, Martin grand perdant (sur chute)

Après le passage dans les Vosges et le Jura, Chris Froome occupait déjà la tête du classement. Il devançait Fabio Aru (Astana) de 20 secondes, Romain Bardet (Ag2r-La Mondiale) de 51 secondes, Rigoberto Uran (Cannondale-Drapac) de 55 secondes et Dan Martin (Quick Step) de 1 minute et 44 secondes.

Le classement à Chambéry :
1. Froome
2. Aru à 18’’
3. Bardet à 51’’
4. Uran à 55’’
5. Martin à 1’44 ‘’

Dans ce premier enchainement montagneux de la Grand Boucle, Aru a repris 22 secondes à Froome, soit la moitié de son retard lors du chrono inaugural de Düsseldorf, grâce à sa victoire à la Planche des Belles-Filles. Bardet n’a fait que perdre du temps sur le leader. Entre les petites cassures et les bonifs, le Français a cédé 10 secondes à Froomey. Uran a un peu coincé dans la Planche des Belles-Filles mais il a partiellement gommé ce retard en gagnant à Chambéry. Le débours le plus important est pour Martin. Il était le plus proche en Allemagne mais sa chute lui a coûté cher. " S’il n’avait pas été fauché par Richie Porte (BMC), l’Irlandais aurait repris du temps à Froome sur tous les terrains et serait probablement en jaune aujourd’hui", souligne Rodrigo Beenkens.

Pyrénées-Massif Central : Martin revient, Froome perd du terrain

Les courbes de performance se sont inversées après la première journée de repos. Dan Martin est le coureur qui s’est le plus rapproché du maillot jaune. L’Irlandais a grappillé deux fois 9 secondes dans les Pyrénées (à Peyragudes et Foix) et 14 au Puy-en-Velay. Il a donc repris 32 secondes à Froome. Les balances de Romain Bardet (32 secondes gagnées à Peyragudes, 4 perdues à Rodez) et Rigoberto Uran (26 secondes gagnées à Peyragudes) sont également positives. C’est en revanche le statu quo entre Aru et Froome, les deux premiers.
 
Il est intéressant de noter dans cette deuxième semaine que le duel Froome – Aru s’est soldé par un match nul. Paradoxalement, les deux coureurs qui ont porté le maillot jaune sont donc aussi les deux membres du Top 5 qui ont enregistré les moins bons résultats en deuxième semaine ", analyse Rodrigo Beenkens.

Classement de la deuxième semaine :
1. Martin
2. Bardet à 4’’
3. Uran à 6’’
4. Froome et Aru à 32’’

Faisons un peu de vélo-fiction. Si personne ne " s’écrase " dans la dernière ligne droite et que la tendance de la deuxième semaine se confirme, Martin, Uran et Bardet devraient continuer à se rapprocher de Froome. Le Français d’Ag2r est à 23 secondes, s’il récupère encore 28 secondes (comme pendant la deuxième semaine) par rapport à Froome, il passera en tête ! Uran reviendrait à 3 secondes (29’’- 26’’) et Martin à 40’’ (1’12’’ – 32’’).

Si la course continue à évoluer de la même manière. Rigoberto Uran est très dangereux, mais il est aussi celui qui était le plus loin lors du chrono de Düsseldorf. Sur base de ce qu’il a montré en Allemagne, il est le moins bon des cinq premiers en contre-la-montre. Malgré sa chute, Dan Martin est sans doute le plus dangereux de tous. Lui et Froome ont été départagés 7 fois dans ce Tour. A 5 reprises (Longwy, Planche-des-Belles-Filles, Peyragudes, Foix et le Puy-en-Velay), cela a tourné en faveur du coureur Quick Step. Sans sa chute et compte tenu de ses qualités de sprinteur, il aurait sans doute encore repris du temps. Mais il devra prouver dans les Alpes qu’il peut tenir le choc à plus de 2000m ", détaille Rodrigo. " Enfin, si la tendance de la 2e semaine se confirme, Bardet peut espérer gagner le Tour ".

Seul bémol à cette théorie : le chrono de Marseille. Et on sait à quel point il sera crucial.

Les bonifs défavorables à Froome

Christopher Froome est le coureur le plus régulier du Top 5. Dans les 9 étapes clés pour les hommes de classement (Düsseldorf, Longwy, La Planche des Belles-Filles, Les Rousses, Chambéry, Peyragudes, Foix, Rodez et Le Puy-en-Velay), le leader de " Général " a terminé à sept reprises dans les dix premiers. Mieux que tous ses concurrents. Mais l’attribution des bonifications n’est pas à son avantage. " Si on les supprime, l’ordre du classement ne change pas mais les écarts augmentent. Autrement dit, les bonifs resserrent le classement. Sans elles, le quatuor de tête se tiendrait en 37 et pas en 29 secondes. En se basant sur les temps " réels " la marge de Froome serait donc supérieure ", explique notre spécialiste vélo.
 
Le classement sans les bonifications :
1. Froome
2. Aru à 24’’ (au lieu de 18’’)
3. Bardet à 25’’ (au lieu de 23’’)
4. Uran à 37’’ (au lieu de 29’’)
5. Martin à 1’14’’ (au lieu de 1’12’’)

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir