Rik Verbrugghe: "Gros carton rouge pour Astana"

Chaque soir sur VivaCité, c’est " Complètement Tour " : Samuel Grulois et Rik Verbrugghe débriefent l’étape du jour.

Notre consultant craint que les Belges aient laissé passer leur chance: "Je pense que les Belges ne manquent que de la finition. On est présents sur ce Tour de France. On est très actifs. On est souvent dans l'échappée, ... Cela peut encore sourire. Quand j'entends la réaction de Van Avermaet qui dit qu'il y a encore une occasion demain, ... Ce n'est pas fini mais c'est dommage quand même. Aujourd'hui, c'était peut-être le jour où un belge avait le plus de chance de s'imposer avec Gilbert ou Van Avermaet. Ils sont battus par un super Matthews, il n'y avait rien à faire au sprint contre lui."

Rik Verbrugghe ne comprend pas la tactique de l'équipe d'Aru ce samedi: "Astana a fait une grosse erreur en ne sachant pas replacer Aru. Je peux difficilement comprendre qu'à 4 kilomètres de l'arrivée, Aru était tout seul derrière à tenter de revenir. C'est de l'énergie qu'il perd. Qu'est-ce qu'Astana a fait pour en arriver là ? Laisser le maillot jaune seul ? Il y a quand même des coureurs chez Astana qui peuvent faire ce travail... Un gros carton rouge pour Astana ! Dans la guerre psychologique, Froome et Sky reprennent à nouveau les rênes."

Le Tour des belges en un seul mot ? "Offensif, mais il n'y a qu'un vainqueur sur 200 partants. Quand on voit déjà Kittel qui prend 5 victoires d'étapes, les français qui en prennent 4 autres, Sunweb 2 victoires, il ne reste pas grand-chose pour les autres. Il faut être opportuniste pour aller les chercher et je pense que les belges le sont mais il manque cette finition."

Retrouvez Complètement Tour avec David Houdret, Samuel Grulois et Rik Verbrugghe tous les soirs de ce Tour de France 2017, entre 18 et 19h, sur VivaCité.

"J'espérais une victoire belge mais je n'ai rien à reprocher à nos couleurs"

Jean-Luc Vandenbrouck, le sage Complètement Tour a lui aussi réagi au micro de la RTBF après l'étape du jour.

Le Tour des belges en un seul mot ? "Normal. On attendait beaucoup de cette étape parce que Van Avermaet avait gagné il y a deux ans mais il avait de sérieux clients devant lui. Et Sagan aurait pu être un client supplémentaire. Attendre une victoire de nos coureurs sur un Tour de France de tout haut niveau... Oui j'espérais une victoire belge mais je n'ai rien à reprocher à nos couleurs. Ils ont mouillé le maillot. Quand je vois le numéro de De Gendt aujourd'hui...", il ajoute, "Dès le kilomètre zéro, quand on voit deux équipes se mettre au plancher pour vouer à l'échec cette échappée... C'est du panache ! On sait d'avance que c'est voué à l'échec. La seule petite récompense qu'il a obtenu c'est la combativité, et heureusement qu'on lui a attribué, c'est un grand numéro qu'il a effectué ! Mais on ne retiendra qu'une chose : la victoire de Matthews."

Il s'exprime également sur le désormais ex maillot jaune: "Aru était trop court. Quand on porte le maillot jaune, avec les moyens techniques d'aujourd'hui, la reconnaissance des derniers kilomètres, le roadbook, ... Quand je vois Aru qui n'est pas dans les 10 premiers à 5 kilomètres de l'arrivée... Pour jouer la victoire finale, il faut être dans l'entourage direct de Froome ! Au pied avec des coureurs comme Gilbert, Van Avermaet, Matthews ... on est certains que quand ils vont mettre en route, il va y avoir des cassures ! Aujourd'hui Aru n'a aucune excuse, il était tout simplement trop court. Je pense qu'il n'avait pas les jambes pour rester dans les dix premiers."

Et lui aussi ne mâche pas ses mots concernant Astana: "Aujourd'hui, Astana n'a pas donné un seul coup de pédale. Ce sont les équipes de Matthews et Van Avermaet qui ont assuré la poursuite derrière l'échappée matinale. Aru ne devait que suivre. Maintenant qu'il n'a plus le maillot, c'est une très bonne chose pour lui je pense. S'il veut gagner le Tour, il n'avait pas l'équipe de toute manière."

Et à son sens, le patron a récupéré la tunique jaune: "Froome a récupéré son bien. Il s'est réinstallé en tant que patron. Il en avait besoin vis à vis de certains problèmes en interne. Hier, en regardant la course, je me suis parfois demandé si ce n'était pas une course de débutants ! C'était du n'importe quoi ! Tactiquement, permettre à Landa de prendre le maillot était une très bonne chose, mais quand j'ai vu Froome attaquer derrière... Il y avait quelque chose qui ne marchait pas. Je me suis demandé si Froome voulait vraiment voir un équipier prendre son maillot. Aujourd'hui il l'a récupéré, et quand je vois son sourire, je pense qu'il se réinstalle comme patron au sein de son équipe."

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir