Prudhomme : "Un seul chrono et attention à l'étape des deux îles !"

Christian Prudhomme lors de la présentation du Tour de France 2020.
Christian Prudhomme lors de la présentation du Tour de France 2020. - © ALAIN JOCARD - AFP

"Ce qui nous anime chaque année, c’est la volonté de varier les étapes du Tour. Là, nous profitions du Grand Départ à Nice pour avoir de la montagne tout de suite, dès le deuxième jour, avec un dénivelé de 4000 mètres. Nous aurons une arrivée au sommet dès le quatrième jour, à Orcières Merlette. On cherche toujours, non pas à durcir, mais à varier et dénicher de nouvelles ascensions", explique Christian Prudhomme.

"Un Grand Départ dans le sud de la France est extrêmement rare. C’est seulement le 7ème en 107 éditions ! Du coup, dans la première semaine, on a plus travaillé pour trouver des étapes de plaine que pour trouver des étapes de montagne ! Ça donnera une première semaine atypique avec beaucoup de diversité. C’est vrai qu’il n’y a qu’un seul contre-la-montre et qu’il est taillé pour les rouleurs grimpeurs. Il se découpe en trois parties : du plat, du faux plat et puis la montée de la Planche des Belles Filles. J’espère y voir la finale du tour de France avec encore deux ou trois coureurs en lutte pour la victoire finale".

"Et puis pour la toute première fois dans l’histoire du Tour, nous allons aller d’une île à une autre, de l’Île d’Oléron à l’Île de Ré. Ça va être magnifique, devant la télé et pour les gens au bord de la route. En bord de mer, on pense évidemment au vent, il faudra être attentif car nous serons au lendemain de la journée de repos".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK