Plus d'étapes de 100km à l'avenir ? "Oui, mais pas tous les jours"

100 km sans temps mort, du mouvement, des leaders à l'avant, la 13e étape entre Saint-Girons et Foix a séduit les spectateurs, les coureurs et les observateurs. Faut-il multiplier ce genre de course courte à l’avenir ?

Les organisateurs du Tour n’avaient plus tracé d’étape aussi ramassée depuis longtemps mais ils avaient testé la formule à Paris-Nice et au Dauphiné. Dans les deux cas, le spectacle avait été au rendez-vous.

Après un début de Grande Boucle parfois ennuyeux dans la plaine, le feu d’artifice du 14 juillet a évidemment réveillé les fans de vélo. Sur les réseaux sociaux, on parle de "victoire du cyclisme", de "course super dynamique et géniale" ou "d’étape folle". Bref, les spectateurs en redemandent.

Les suivreurs du Tour aussi, à l'image de Rik Verbrugghe. "Mais pourquoi ne fait-on pas plus d'étapes de 100km? Nondidju, Nondidju... Comme c'est passionnant", a lancé notre consultant, ce vendredi en direct sur Vivacité.

Côté public, l’expérience est donc une réussite. "Le sport est aussi une forme d’entertainment", rappelle, Matthew Hayman (Orica-Scott), ex-vainqueur de Paris-Roubaix, dans Het Nieuwsblad. "Nous devons proposer aux téléspectateurs quelque chose qu’ils veulent voir".

Faut-il pour autant rayer les journées de plus de 200 kilomètres des Grands Tours ? La réponse de Thierry Gouvenou est catégorique : non. "On ne va pas supprimer les longues étapes parce que les équipes décident de ne rien en faire. Un Tour avec 21 étapes de 100km, c’est impossible", assure le directeur technique d’ASO. "Le Tour sera toujours une question d'endurance et de fatigue".

"Les longues étapes doivent continuer à exister", renchérit l'expérimenté Patrick Lefevere.

Les coureurs apprécient également. Mais avec modération. "Les étapes courtes, c’est pas mal pour le spectacle. C’est quand même mieux que les étapes plates de 200km avec une seule bosse de 4e catégorie", nous confiait Serge Pauwels (Dimension Data) à l’arrivée à Foix. "J’aime beaucoup ces courses nerveuses … mais pas tous les jours. On est à bloc toute la journée. C’est presque un autre sport".

Le tout est donc de trouver un équilibre dans la durée et la difficulté des étapes. Messieurs les organisateurs à vos tracés.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir