Où est le Betancur de Paris-Nice ?

Carlos Betancur au départ de la 3e étape de la Vuelta 2014 donné depuis un porte-avion.
Carlos Betancur au départ de la 3e étape de la Vuelta 2014 donné depuis un porte-avion. - © www.facebook.com/cyclisme.ag2rlamondiale

Carlos Betancur (AG2R La Mondiale), vainqueur de Paris-Nice en mars dernier, végète en ce moment dans les bas-fonds du classement général de la Vuelta. En Espagne, avec ses kilos de trop, le coureur colombien roule au ralenti.

Au départ de la Vuelta, il y a un peu plus d'une semaine, une image surprend en passant devant les bus des équipes. En préparation au contre-la-montre par équipes d'ouverture, la formation française AG2R a placé ses coureurs sur des rouleaux. Un intrus semble s'être glissé parmi les neuf cyclistes. Un cyclotouriste aux cuisses plus épaisses ? Erreur, ce coureur légèrement bedonnant est en fait le dernier vainqueur de Paris-Nice, Carlos Betancur. Tampons d'ouates enfoncés dans les narines, le Colombien (3e de la Flèche Wallonne et 5e du Giro en 2013) semble déjà souffrir un peu plus que les autres dans cet échauffement.

Après plus d'une semaine de course sur les routes espagnoles, Betancur a confirmé sa méforme (il est actuellement antépénultième du général). Comme l'an dernier, il est arrivé sur la Vuelta avec des kilos de trop. Beaucoup de kilos en trop. C'est la grande faiblesse du protégé de Michele Bartoli (son préparateur physique). "Je prends du poids facilement, mais je le perds tout aussi facilement", a confié Carlos Betancur par le passé.    

Sauf que cette fois, le puncheur/grimpeur de l'AG2R parait bien enfoncé au fond du trou. Entre fin avril (Flèche Wallonne) et sa reprise au Tour de Burgos le 13 août, Betancur est resté près de quatre mois sans rouler en compétition. Il était en famille, en Colombie, pour soigner une infection virale...et profiter de la vie sur place. Son équipe française espérait le revoir au Tour de Suisse et au Tour de France cet été, mais Betancur ne s'est pas présenté au rendez-vous fixé par AG2R. Introuvable et injoignable, il a provoqué l’énervement et le ras-le-bol de ses patrons.

Betancur reste ambitieux

Aujourd'hui, les tensions semblent apaisées et malgré son surpoids et sa méforme, Betancur est venu en Espagne pallier le forfait de Domenico Pozzovivo. Malgré plusieurs rumeurs de transferts, son équipe a également confirmé qu'elle comptait toujours sur lui pour l'an prochain. "J’ai vraiment eu du mal à encaisser le fait qu’il ne se présente pas au rendez-vous que nous lui avions fixé au mois de juin", a confié le manager Vincent Lavenu au journaliste de l'Equipe Manuel Martinez. "On a vraiment discuté du malaise et les tensions ont fini par s’apaiser. Avec lui, on prend un nouveau départ. (...) Il faut repartir sur de nouvelles bases. Je sais que sportivement parlant il a du caractère et que c’est un dur au mal. En fait, il est hors normes à tous les niveaux".

Si Carlos Betancur a contribué à l’émergence du cyclisme colombien, en ce moment, il dénote un peu. Le coureur de 24 ans garde néanmoins des ambitions. Il compte bien se refaire sur cette Vuelta, être actif en troisième semaine, et briller sur les Championnats du Monde. A Ponferrada, en Espagne, la Colombie pourra aligner neuf coureurs. Et pour espérer intégrer l'équipe, Betancur devra sans doute décrocher un résultat probant car la concurrence est très forte.

Par le passé, celui que l'on surnomme La Ronda ou Bananito s'est déjà imposé avec un léger surpoids. On sera donc attentif aux prestations de Carlos Betancur en troisième semaine du Tour d'Espagne.     

J.Helguers

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK