Monfort, soulagé : "le Tour de France est indispensable à la survie du cyclisme"

La décision des organisateurs du Tour de France de décaler l’épreuve fin août a été accueillie très positivement par le directeur sportif de l’équipe Lotto-Soudal. Maxime Monfort était encore dans le peloton la saison dernière. Il sait ce qu’une telle décision implique. Sur le plan sportif et sur le plan économique.


LIRE AUSSI >> Greg Van Avermaet : il est mentalement important d’avoir des dates en têtes
LIRE AUSSI >> Bardet revoit ses plans et sera probablement au départ du Tour
LIRE AUSSI >> Alaphilippe : "c’est la lumière au bout du tunnel, c’est bon pour le moral"


Maxime, quel est votre sentiment aujourd’hui par rapport à ce report ?

" C’est un soulagement dans cette ambiance anxiogène que chacun vit depuis quelques semaines. Et dans notre petit microcosme du vélo. L’ambiance n’était pas forcément au beau fixe. Pouvoir reprogrammer la plus grande course du monde, autour de laquelle d’autres vont venir se greffer, c’est un soulagement. "

Sur le plan économique aussi, il était important, vital même pour certaines formations, de maintenir le Tour.

" Le modèle économique des équipes repose essentiellement sur les retombées médiatiques que les sponsors pouvaient retirer d’une telle exposition. Il était donc primordial pour la survie du cyclisme en général que cette course ait lieu. On est vraiment content là. "

Est-il compliqué de reprogrammer 2 mois plus tard un pic de forme ?

" Il va effectivement falloir préparer ce Tour de manière différente. Mais avec le temps qu’il nous reste d’ici fin août, on a le temps de reprogrammer un pic de forme. On pourra voir un Tour de France à un très haut niveau. De toute façon, cela fait 5 semaines que les coureurs ont arrêté de s’entraîner. Ils maintiennent juste leur forme physique. Tous les schémas établis au préalable ont disparu. Il faudra donc s’adapter mais je ne vois pas de souci particulier. "

Choisir c’est renoncer. Et il faudra que certains de vos coureurs choisissent entre des belles classiques et un grand Tour. Cette concomitance vous gêne-t-elle ?

" Cela peut représenter un problème. Mais encore une fois on est content d’avoir un calendrier complet. On devra faire des choix forcément. Le grand public s’y perdra sans doute un peu. Mais on préfère cela à ne pas courir du tout. Sur un plan logistique on pourra répondre présent. Notre flotte peut assurer 3 courses en même temps. Même si on devra bosser un peu plus. On a les médecins, soigneurs, directeurs sportifs, voitures, camions, bus etc. pour le faire. "

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK