Le chrono déjà décisif pour la victoire finale sur le Tour de France ?

Le chrono déjà décisif pour la victoire finale sur le Tour de France ?
Le chrono déjà décisif pour la victoire finale sur le Tour de France ? - © YORICK JANSENS - BELGA

Dans "Complètement TOUR", David Houdret a préfacé le contre-la-montre individuel de ce vendredi en compagnie de Samuël Grulois, notre consultant Frédéric Amorison et du coureur de Wanty Gobert, Kévin Van Melsen. Ce chrono sera-t-il déjà décisif pour la victoire finale de ce Tour de France 2019 ?

Frédéric Amorison : "Il ne sera pas décisif. Mais on pourrait bien avoir demain soir Geraint Thomas qui assomme le Tour de France. Il a déjà pas mal d’avance sur Yates, Quintana, Pinot, Bardet, etc. On pourrait donc retrouver ces coureurs-là et d’autres favoris à plus de 2 ou 3 minutes avant les étapes de montagne de ce week-end. Et ce qui pourrait faire la force de l’équipe Ineos, ce serait d’avoir Thomas et Bernal qui dominent ce groupe et le peloton. Ce qui veut dire que les adversaires seraient contrés par Thomas ou par Bernal sur la moindre attaque. Et ça risque de devenir très compliqué."

Pour Samuël Grulois, l’équipe Ineos est déjà un peu dans ce rôle : "On a vu aujourd’hui Ineos succéder dans la dernière ascension à Deceuninck-Quick Step qui est quand même l’équipe du maillot jaune Alaphilippe. Mais c’est Ineos qui a emmené le peloton sur les 40 derniers kilomètres du jour alors qu’elle ne possède pas le maillot jaune et qu’elle n’a finalement pour le moment aucune responsabilité dans ce Tour de France. On a un peu l’impression qu’on se prépare à l’arrivée du maillot jaune dans l’équipe Ineos. Et effectivement vendredi, Geraint Thomas, qui est quand même le meilleur rouleur de tous les favoris du Tour de France, peut prendre une option assez sérieuse. Même si on a cette année le Tour de France le plus montagneux depuis l’an 2000 (30 cols au total). Et à ce titre, des coureurs comme Bardet, Pinot, Quintana doivent encore croire en leurs chances. Même s’ils perdent du temps dans le chrono, il y aura des possibilités dans les Pyrénées et dans les Alpes. Puis, je reste persuadé que Geraint Thomas ne peut pas être aussi bien que l’année dernière après les mésaventures qu’il a connues. Il est peut-être plus prenable que l’an dernier."

Kévin Van Melsen estime également que ce chrono individuel ne sera pas réellement décisif : "c’est sûr qu’il va montrer la condition de certains prétendants au podium. À mon avis, on aura quand même une première idée par rapport au podium final. Mais il va encore y avoir des étapes très difficiles dans les Alpes. Le chemin sera encore long pour la victoire finale mais on verra peut-être déjà quelques favoris qui seront un peu en dessous de certains autres."

Le kilométrage de l'étape (27 kms) est jugé un peu court par certains : "Je préfère un tracé de Tour de France avec un chrono assez court pour laisser du spectacle en montagne. Sinon on va se retrouver comme à l’époque d’Armstrong ou d’Indurain, où des coureurs abordaient la montagne avec 5 minutes d’avance parce qu’il y avait eu un ou deux longs chronos avant. Au vu des forces en présence (ndlr : il y a beaucoup de grimpeurs parmi les favoris), je pense que ce court contre-la-montre ne pourra être que bénéfique pour le spectacle", précise Samuël Grulois. 

Et Frédéric Amorison de conclure : "C’est vrai qu’il est court mais tout de même très difficile, très usant. Ce sera pour des coureurs avec énormément de force. Et même s’il fait " seulement 27 kilomètres ", il est tout à fait possible que les non-rouleurs perdent 1 minute à 1 minute 30."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK