John Lelangue ravi par l'exploit de De Gendt mais pas encore rassasié

"Pour gagner, il faut continuer à jouer. Hier, cela n’a pas marché mais aujourd’hui bien avec Thomas De Gendt." a déclaré le manager général de Lotto Soudal John Lelangue après la victoire de Thomas De Gendt dans la huitième étape du Tour de France au micro de Jérôme Helguers.

"Nous sommes là depuis le début du Tour", a expliqué le manager. "Nous sommes montés trois fois sur le podium avec Caleb Ewan et avons obtenu le maillot blanc avec lui le premier jour. Tim Wellens a ensuite été à l’attaque avec Thomas De Gendt, cela lui a valu le maillot à pois, nous avons continué d’attaquer et aujourd’hui nous gagnons avec Thomas De Gendt, un succès incroyable à l’ancienne. Merci également aux trois autres gros moteurs du groupe : Terpstra, King et De Marchi. C’était une sage décision d’attendre De Marchi, même s’il était peut-être le plus dangereux sur la fin, mais il valait mieux rouler à quatre."

"Thomas est une bête, une machine. Qui aurait pu dire qu’il résisterait à Alaphilippe et Pinot ? Ils ont roulé à fond jusqu’au bout et il a quand même tenu. Quel phénomène, et en plus il enlève tous les points pour le maillot à pois devant King. Je pense qu’il a surpris tout le monde. Il est resté calme ces derniers jours, il a gardé la confiance et a accompli cela de manière phénoménale."

Lotto visait plusieurs victoires d’étape dans ce Tour. "Et cela reste l’objectif. Ce n’est pas encore fini. Nous avons toujours joué un rôle ces derniers jours et maintenant toutes les pièces du puzzle s’assemblent. Hier, cela s’est joué à sept centimètres, mais nous devions aller de l’avant, saisir chaque chance, rouler de manière agressive, essayer. Si vous avez des coureurs tels que Thomas, Tiesj, Tim, Caleb, qui sont motivés à 100% pour remporter une victoire, vous devez continuer à essayer. Ce n’est pas encore fini. Ce soir, nous allons évidemment fêter cela. Mais ce n’est que la première semaine. Il y a encore deux semaines avec de belles opportunités, peut être demain avec Tim et Tiesj, lundi et mercredi pour Caleb. Chaque jour est une classique et nous courons de cette façon. Deux coureurs de chez nous se trouvent en tête du classement de la montagne. Nous allons voir, vous ne savez jamais, souvenez-vous de la Vuelta l’année dernière avec Thomas."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK