Greg Van Avermaet veut à nouveau saisir sa chance à Rodez samedi

Greg Van Avermaet
Greg Van Avermaet - © DAVID STOCKMAN - BELGA

Vainqueur à Rodez devant Peter Sagan sur les routes du Tour il y a deux ans, Greg Van Avermaet avait à l'époque signé sa première victoire sur la Grande Boucle. Ce samedi, la course à étapes française arrive une nouvelle fois dans la ville occitane et le champion olympique espère revivre de beaux moments. "Cela a été un moment charnière de ma carrière. D'un coureur qui n'arrivait pas à conclure, je suis devenu un gagnant", assurait le coureur de BMC. "J'aimerais bien m'imposer une autre fois sur cette ligne."

Il est évident que depuis lors Greg Van Avermaet a commencé à enchaîner les succès. Vainqueur de Tirreno-Adriatico et du circuit Het Nieuwsblad début 2016, il s'est à nouveau imposé sur les routes du Tour à Le Lioran. Une victoire qui lui a permis de porter le maillot jaune pendant trois jours mais qui lui a surtout consenti d'emmagasiner de la confiance en soi. Une confiance qu'il a mis à profit un bon mois plus tard à Rio en devenant champion olympique sur un parcours sur le papier trop difficile pour lui. En 2017, le Waaslandien a continué à battre ses adversaires en levant les bras au Circuit Het Nieuwsblad, au GP de l'E3 Harelbeke, à Gand-Wevelgem et surtout à Paris-Roubaix où il a décroché son premier monument.

Battu par Sagan lors de la troisième étape à Longwy, Van Avermaet veut sa revanche à Rodez. Il pourra compter sur trois facteurs en sa faveur. Premièrement l'absence de Sagan. Deuxièmement, une équipe complètement à sa disposition après l'abandon de Richie Porte et troisièmement l'expérience. Le final n'a en effet pas changé depuis la dernière fois et se jugera au sommet de la Côte de Saint-Pierre qui ne mesure que 570 mètres mais présente un pourcentage moyen de 9,6%. Greg Van Avermaet a de plus démontré que ses jambes sont au rendez-vous lors de cette deuxième semaine de Tour en terminant dans le Top 30 de la redoutable étape de ce vendredi à Foix.

"Rodez est un objectif, je ne peux pas le nier", a affirmé le coureur belge. "J'ai déjà gagné ici et j'aimerais le refaire. Sagan n'est plus dans ce Tour et cela veut dire que Bora-Hansgrohe est une équipe de moins qui va nous aider à rouler. D'autre part, Sagan n'est pas là. C'est un obstacle en moins mais il y a assez de coureurs forts dans le peloton pour me disputer la victoire. Cela ne change donc pas grand chose pour moi. Je n'ai pas crié 'hourra' lorsque Sagan a été exclu. Je préfère gagner avec Sagan derrière moi sur la photo", a-t-il lâché en rigolant. "J'ai mis l'étape de Rodez dans mon viseur mais si je ne gagne pas, il y aura toujours dimanche avec l'arrivée à Le Puy-en-Velay. Mais bon ça risque d'être un peu limite avec les montagnes qui sont au programme."

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir