Froome sait ce qui l'attend lors de cette première étape pyrénéenne

Froome sait ce qui l'attend lors de cette première étape pyrénéenne
Froome sait ce qui l'attend lors de cette première étape pyrénéenne - © YORICK JANSENS - BELGA

Chris Froome (Sky) est bien conscient de ce qui attend le peloton jeudi lors de la première étape du Tour de France dans les Pyrénées, longue de 214,5 km avec une arrivée au sommet. "C'est une étape clé de ce Tour", a déclaré le porteur du maillot jaune avant le départ de la 12e étape. "Mais je ne vais pas attaquer, je veux contrôler la course."

Fabio Aru (Astana) est pour l'instant le dauphin de Froome au général et pointe à 0:18 du Britannique. Vainqueur de la 5e étape à La Planche des Belles Filles, Aru a prouvé qu'il était capable de réaliser des attaques tranchantes. Cependant, l'Italien est désormais orphelin de Dario Cataldo, contraint à l'abandon et a vu Jakob Fuglsang, son bras droit en montagne, tomber mercredi. Le Danois souffre de deux petites fractures au niveau du poignet gauche.

"Ce sera une étape difficile", a raconté Fabio Aru. "Je suis impatient de voir comment je vais m'en sortir. Ces deux étapes vont peser lourd dans la balance. Vendredi, l'étape sera très courte (101 km, ndlr) et pourrait offrir du spectacle. J'ai beaucoup de respect pour Chris Froome mais je n'ai pas peur de l'attaquer", a ajouté le Sarde.

Froome est convaincu que la course sera animée dès le Port de Balès, 4e ascension de la journée. "S'en suivra une descente rapide puis l'enchaînement Col de Peyresourde (1e cat.) - Peyragudes (2e cat.) avec des passages très pentus. Cela pourrait donner lieu à des écarts considérables mais je n'ai pas du tout l'intention de laisser mes concurrents me reprendre du temps. Nous allons contrôler l'étape avec l'équipe et nous tiendrons évidemment Fabio Aru à l'œil. Je veux garder mon avance sur lui jusqu'au contre-la-montre", a déclaré Chris Froome.

"Selon moi, je ne suis pas le seul adversaire dangereux au classement général", a répliqué Aru. "Bardet et Uran ne sont pas loin et possèdent l'expérience des grands tours. Je ne perdrais pas de vue Nairo Quintana non plus. Même s'il est 8e (à 2:13, ndlr), il n'abandonne jamais."

Newsletter sport

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir