Froome bousculé, Nibali au sol... Une montée de l'Alpe d'Huez mouvementée

Chris Froome a vécu une montée de l'Alpe d'Huez houleuse ce jeudi, entre un spectateur qui a tenté de le bousculer en le touchant à l'épaule droite, des bras d'honneur répétés à son encontre, ou encore un flot continu d'insultes et de sifflets. Des attitudes déplorables.

La sécurité des coureurs était la principale préoccupation des organisateurs et les craintes s'étaient renforcées après le classement sans suite par les instances internationales de la procédure antidopage contre Chris Froome, à cinq jours du départ du Tour.

Son équipe Sky avait fait part de ses craintes face à la réaction du public. Les étapes de montagne et arrivées au sommet notamment étaient redoutées.

Après une présentation des équipes en Vendée à La-Roche-sur-Yon sous les sifflets, la tension s'était un peu calmée autour du quadruple vainqueur du Tour de France, avec deux premières journées dans les Alpes sans incident majeur.

Mais elle a fortement rejailli dans la montée habituellement très "chaude" de l'Alpe d'Huez. Le moment le plus tendu pour Chris Froome s'est déroulé dans la première moitié de l'ascension, lorsqu'un spectateur s'est avancé vers le groupe des leaders, qui s'était réduit à une dizaine de coureurs.

L'Anglais a alors été légèrement déséquilibré, touché par le spectateur au niveau de l'épaule droite. Le gendarme posté quelques mètres plus haut n'a rien pu faire pour éviter l'incident.

Le Britannique de 33 ans n'a pas souhaité s'exprimer sur la ligne d'arrivée devant les journalistes, visiblement très agacé par le comportement de ces spectateurs dans la montée.

Nibali n'a pas été reclassé

L'Italien Vincenzo Nibali (Bahrain) a lui été victime d'une chute dans la confusion à un peu plus de quatre kilomètres de l'arrivée dans la montée de l'Alpe d'Huez, ce jeudi, mais a pu repartir et rejoindre l'arrivée de la 12ème étape du Tour de France.

Il y a deux ans, Chris Froome était tombé dans la montée du Ventoux à cause d'une moto et avait été reclassé dans le temps des coureurs de son groupe. Il n'en a pas été de même pour Vincenzo Nibali, arrivé 13 secondes après Thomas.

Nous avons tenté d'obtenir une réaction d'ASO. Mais Thierry Gouvenou, le directeur technique du Tour, a refusé de s'exprimer avant d'avoir revu les images. Nos envoyés spéciaux ont pu constater qu'un membre du staff de la formation Bahrain (Gorazd Štangelj) a été discuter avec le jury des commissaires.

"Je suis tombé à cause d'une moto, mais je n'ai pas très bien compris ce qu'il s'est passé, a raconté Vincenzo Nibali après la course. Bardet comptait une dizaine de secondes d'avance. Nous étions au milieu des motos. A cet endroit, la route se rétrécissait très fort. Il y avait deux motos de la police. Froome a accéléré et comme j'étais bien, je l'ai suivi. D'un coup, il y a eu un ralentissement et je suis tombéDommage, mais ce sont des choses qui peuvent arriver quand il y a beaucoup de monde, beaucoup de public."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK