Di Grégorio et son "petit trafic"

Di Grégorio et son "petit trafic"
Di Grégorio et son "petit trafic" - © Tous droits réservés

Selon le quotidien "L'Équipe", c’est au moment où Rémy Di Grégorio réceptionnait un colis aux abords de son hôtel qu’il a été interpellé. Les gendarmes, présents sur place dès la veille, avaient tout planifié.

Lundi soir, les gendarmes de l’OCLAESP, l’Office de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique, occupaient une chambre dans l’hôtel où logeaient les coureurs de la formation Cofidis.

A 8 heures du matin, le directeur de l’établissement est mis au courant qu’une opération est en cours, précise L'Équipe. Pendant ce temps-là, Rémy Di Grégorio prend son petit déjeuner et pianote sur son ordinateur.

Quelques minutes plus tard, le cycliste français sort de table et quitte l’hôtel pour rejoindre ses contacts, qui l’attendent à l’extérieur.

C’est à cet instant que les gendarmes de l’OCLAESP interpellent le coureur de la formation Cofidis et saisissent le colis que devait lui remettre son complice…

Mais de quoi s’agit-il exactement ? "Un petit trafic isolé à deux balles qui peut nous faire avancer sur autre chose de plus important, a révélé un enquêteur aux journalistes de L’Équipe. Mais l’équipe Cofidis n’a rien à se reprocher."

 

C.L.

Et aussi