Cyril Saugrain : " On a vu dans ce Tour de France des choses que l’on n’avait plus vues depuis longtemps "

Ce lundi, toute l’équipe de Complètement Tour a profité de cette première journée de repos sur la Grande Boucle pour tirer un bilan sur la première semaine de courses.

Et ce qui a principalement touché les suiveurs, c’est l’émotion qui régnait sur ce Tour. "Il y a eu beaucoup d’émotion lors de cette première semaine" avance Samuël Grulois. "Elle a touché tout le monde. Il y a aussi eu de l’humanité, et c’est peut-être ce qui manque parfois dans le sport de haut niveau. On a vu des êtres humains, des gars qui pleurent quand ils ont gagné, chacun pour des raisons qui leur sont propres."

Notre journaliste a également apprécié le spectacle proposé. "Il y a aussi eu une bonne dose de suspense et de rebondissements. Ce parcours était bien dessiné et les coureurs en ont bien disposé. La météo a également ajouté à certains moments un peu de dramaturgie. On a aussi eu des chutes et des abandons, il y a vraiment tout eu lors de cette première semaine. Les grands champions comme Alaphilippe, Van Der Poel et Pogacar étaient aussi au rendez-vous"


►►► À lire aussi : Quiz : avez-vous bien suivi la première semaine du Tour de France ?


Une analyse partagée par Cyril Saugrain, ancien coureur professionnel et aujourd’hui consultant sur le Tour en compagnie de Rodrigo Beenkens. "C’est vrai que Julian Alaphilippe nous a éblouis le premier jour et on a été ébloui le lendemain par la réaction de champion de Mathieu van der Poel. Il est allé chercher un maillot jaune qu’on pensait tous qu’il lui avait échappé pour 2021. Et il a finalement fait une semaine en jaune un peu contre toute attente"

Et l’ancien coureur d’ajouter : "J’ai vécu un début de tour tout simplement énorme. On a vu des choses qu’on n’avait pas vues depuis un moment. Quel bonheur de voir des offensives, des prises de risques, des coureurs qui tentent des choses."

Les 3 meilleurs moments de cette première semaine

Durant ce Complètement Tour, David Houdret a également demandé à Samuel Grulois et Cyril Saugrain de ressortir 3 moments qui les ont marqués lors de ces 9 premières étapes.

Le top 3 de Cyril

° Le plus grand moment d’émotion c’est lorsque Mathieu van der Poel vient chercher le maillot jaune lors de la deuxième étape. Il y a un exploit sportif, et derrière tout ça il y a aussi l’aboutissement d’un objectif qui n’était pas si facile à atteindre.

° J’ai adoré la grande étape de 250 kilomètres (ndla, la 7e étape) qui part comme une classique. Cette étape a été menée par un tandem Wout Van Aert – Mathieu van der Poel. J’ai bien aimé le bidon donné par Mathieu van der Poel à ce gamin, c’était fort niveau émotion.

° Le coup de force de Pogacar qui a pris des initiatives que l’on n’avait plus vues depuis un moment. Quand on a une telle responsabilité sur le dos, on laisse d’habitude son équipe travailler. Lui, il a pris un risque et a tapé un grand coup sur la table.

Le top 3 de Samuël

° L’émotion qui m’a le plus marqué, c’est Van Moer à Fougères qui se fait reprendre après 150 kilomètres d’échappée. Il méritait vraiment d’aller chercher cette victoire au bout du suspense. Mais un jour ou l’autre il gagnera une étape sur le Tour.

° Lundi, deux chutes anodines sur papier se sont déroulées : celles de Geraint Thomas et Primoz Roglic. Cela a en fait eu des conséquences dramatiques pour ces deux coureurs. Thomas ne gagnera pas le tour. Roglic a dû abandonner alors qu’il avait fait un focus total sur le Tour depuis deux mois.

° Les deux victoires belges, soyons un peu chauvins, Merlier et Teuns. Deux victoires dans la première semaine. Je crois que ça mérite la citation.

Le Tour de France est au-dessus de la Vuelta et du Giro.

En fin d’émission, David Houdret a accueilli comme chaque jour notre sage Complètement Tour, Jean-Luc Vandenbroucke. L’ancien coureur a notamment réagi aux comparaisons qui étaient faites entre ce Tour de France et la Vuelta.

"Je ne suis pas vraiment d’accord. Le Tour de France est au-dessus de la Vuelta et du Giro. Au niveau du profil, le Giro présente certainement des cols beaucoup durs qu’au Tour. Mais au niveau intensité, il n’y a pas de comparaison entre les deux. Quand je vois l’intensité, la nervosité, l’atmosphère qui règne sur le Tour de France, c’est au-dessus. Et quand on voit la valeur des coureurs, c’est exceptionnel."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK