Combatif du jour et maillot à pois, le beau bilan d'un raid imprévu pour Wellens

Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step), vainqueur de l’étape et maillot jaune, a frappé un grand coup (double) dans le final. Mais la journée a été marquée par un autre numéro de panache, celui de Tim Wellens (Lotto-Soudal), parti seul à 48 kilomètres de l’arrivée pour aller conquérir les pois.

"Normalement, Thomas (De Gendt) devait aller dans l’échappée parce qu’on espérait un sprint pour Ewan. Personne ne voulait le laisser partir, il est un peu victime de son succès. Moi, j’ai essayé une fois et j’étais directement dans la bonne. Ça ne m’a pas coûté beaucoup d’effort. On avait le vent dans le dos toute la journée, ça a roulé très vite. Et puis on a accéléré et je suis parti tout seul. Ça allait très bien mais dans la dernière côte j’ai malheureusement crevé. J’avais dit à la voiture neutre que je voulais changer au sommet. Malheureusement, il n’était pas là donc j’ai eu l’air un peu bête (il s’est arrêté dès la ligne du sommet franchie). Sans la crevaison, j’aurais peut-être pu rester quelques kilomètres avec Alaphilippe. Il m’aurait lâché mais ma journée aurait été encore plus belle. Je crois que je peux être très content avec le maillot à pois. Je le trouve très beau. J’espère le porter quelques jours. On verra. Si j’ai la possibilité, je vais le défendre".
 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK