Chasseurs d'étape, équipiers ou novices, les 17 Belges au départ du Tour ont tous un rôle à jouer

Chasseurs d'étape, équipiers ou novices, les 17 Belges au départ du Tour ont tous un rôle à jouer
Chasseurs d'étape, équipiers ou novices, les 17 Belges au départ du Tour ont tous un rôle à jouer - © Tous droits réservés

Covid-19 : le Tour de France et Nice en alerte rouge

Il y aura quatre coureurs belges (17 contre 21) et une équipe (Circus-Wanty Gobert) de moins au départ du Tour de France 2020. Après une très belle année, que peut-on attendre de la délégation "noir-jaune-rouge" sur les routes de la Grande Boucle. Tour d’horizon des ambitions de nos représentants.

Avec 3 victoires d’étape (Teuns, De Gendt, van Aert), des Belges très offensifs et au moins un de nos compatriotes sur le podium en fin de journée pendant les 18 premiers jours de course, 2019 a été un excellent cru pour nos coureurs et pas seulement parce que le Grand Départ avait lieu à Bruxelles.

 


►►► À lire aussi : Roglic et l'armada Jumbo-Visma prêts à détrôner Bernal et Ineos
►►► À lire aussi : Covid-19 : le Tour de France et Nice en alerte rouge

►►► À lire aussi : La liste des 176 engagés du Tour 2020


Dylan Teuns, Serge Pauwels, non-sélectionnés, et Tim Wellens, forfait après une chute à l’entraînement, ont animé les dernières éditions. Ils seront absents à Nice.

 

Les chances de victoire d’étape

Wout van Aert, Philippe Gilbert, Thomas De Gendt et Greg Van Avermaet ont tous déjà levé les bras sur le Tour. Ils connaissent le sentiment que procure un succès d’étape et sont évidemment partants pour revivre un tel moment.

Au vu de sa forme actuelle (4 victoires en août) et malgré son rôle d’équipier de luxe chez Jumbo-Visma, l’ex-champion du monde de cyclocross est LA plus grande chance de victoire belge. Wout va assumer sa part de travail dans l’infernal train jaune de Roglic mais il pourra jouer sa carte à l’occasion. Le scénario du Dauphiné a prouvé que les deux tâches étaient conciliables. Pas question par contre de viser le maillot vert.

Attaquant infatigable, De Gendt va se montrer. C’est une certitude. Le coureur de Semmerzake a pointé "au moins six opportunités pour les attaquants". Devancé par sa réputation de baroudeur, il devra être très solide pour sortir du peloton. Serré de prêt au Dauphiné, il espère jouir de plus de liberté dans les trois semaines à venir.

Deux victoires d’étape et 11 jours en jaune, Golden Greg et le Tour, c’est une belle histoire. Le Waeslandien se verrait bien écrire un nouveau chapitre. Leader de CCC, il aura les mains libres.

Philippe Gilbert entame son 10e Tour mais il reste sur trois mauvaises expériences. Après sa non-sélection de l’an dernier et ses deux abandons, il veut retrouver le sourire sur les routes de France. Fort de son expérience, il saisira la moindre occasion.

Tiesj Benoot n’a pas encore gagné une étape. Il ne gagne d’ailleurs pas souvent (3 victoires en 7 années pros). Mais son passage chez Sunweb l’a visiblement libéré. S’il affiche le même niveau et la même envie qu’à Paris-Nice (vainqueur de la 6e étape, 2e du Général), il ne sera pas loin d’une victoire.

Avec neuf Top 10, Jasper Stuyven a été d’une incroyable régularité lors de la dernière Grande Boucle. Il lui a toujours manqué un petit quelque chose pour s’imposer mais il a toutes les qualités pour y parvenir cette année.

Pour sa cinquième participation, Oliver Naesen va pouvoir délaisser son costume d’ange gardien de Romain Bardet. Le Français moins focalisé sur le Général, l’ex-champion de Belgique va pouvoir jouer sa carte. 4e l’an dernier à Brioude, il rêve d’accrocher une étape.

Ils travailleront pour leurs leaders

Deceuninck-Quick Step peut compter sur deux lieutenants très précieux avec Tim Declercq et Dries Devenyns. Chacun dans leur domaine – El Tractor dans la plaine et le polyvalent Louvaniste dans les cols – ils auront pour mission de favoriser les succès de Sam Bennett et Julian Alaphilippe.

Jens Keukeleire aborde sa 5e Grande Boucle, la première avec Education First. Il devra protéger ses leaders Uran, Higuita et Martinez.

On devrait aussi voir des Belges lancer les sprints. Jens Debusschere (B&B Hotels – Vital Concept) et Jasper De Buyst (Lotto Soudal) seront des maillons importants des trains de Bryan Coquard et Caleb Ewan, vainqueur de trois étapes l’an dernier.

Edward Theuns, équipier de Stuyven chez Trek-Segafredo, possède aussi une belle pointe de vitesse. Il se mettra au service du collectif.

Ils vont découvrir le Tour

A 24 ans, Steff Cras est la surprise de la sélection de Lotto-Soudal. 76e de son premier grand tour (la Vuelta), le prometteur grimpeur de Geel, 5e du Tour de l’Avenir remporté par Egan Bernal, va découvrir la Grande Boucle sans pression. Frederik Frison, appelé de dernière minute pour remplacer Wellens, est dans le même cas.

Ben Hermans, 14 années dans le peloton, n’est pas vraiment un novice. Pourtant à 34 ans n’a pas encore disputé le Tour. Bon grimpeur et en forme (9e en Lombardie), il sera utile à Dan Martin et tentera de se glisser dans l’échappée lors "des étapes difficiles". Son équipier, Tom Van Asbroeck, fera également ses débuts. Il sera chargé d’emmener les sprints pour Andre Greipel.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK