Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Tom Boonen

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Tom Boonen
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Tom Boonen - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

5️⃣3️⃣ Tom Boonen

Né le 15 octobre 1980 à Mol
6 participations entre 2004 et 2011
4 jours en jaune
Maillot vert 2005 et 2007
Vainqueur de 6 étapes

Fils d’André Boonen, professionnel de 1979 à 1984 chez Mini Fiat et Mazda, Tom était un leader charismatique. Puissant, véloce et doté d’une grande confiance en lui, Tom Boonen était le roi des pavés...et du vent, un grand spécialiste des bordures. Dans ce registre, on n’a probablement pas vu plus performant que lui depuis le début du siècle. Boonen (traduisez “haricots”) a d’ailleurs remporté toutes les classiques pavées à l’exception du Het Nieuwsblad.

Avec le maillot US Postal sur les épaules, Tom Boonen n’a que vingt-et un an lorsqu’il monte sur le podium de Paris-Roubaix aux côtés de Steffen Wesemann et du vainqueur du jour, Johan Museeuw qui en fait publiquement son successeur. En conflit avec Johan Bruyneel, il casse son contrat avec l’équipe américaine. L'affaire est à deux doigts de se régler devant les tribunaux.

Boonen rejoint Patrick Lefevere chez Quick-Step Davitamon et dispute son premier Tour de France en 2004. Le Campinois n’a que vingt-trois ans et impose déjà sa pointe de vitesse à Angers et sur les Champs Élysées.

Boonen devient “Tornado Tom” et remporte les deux premières étapes en ligne du Tour 2005. Il porte aussi le maillot vert pendant dix jours. L’année suivante, le Belge revient sur le Tour avec le maillot de champion du monde conquis à Madrid. Touché par un spectateur qui s’est imprudemment aventuré une caméra à la main, il rate son sprint lors de la première étape. Le lendemain, il est stoppé par une manœuvre Mc Ewen-Hushovd. La troisième étape est sa plus belle chance de victoire mais, à trois kilomètres de l’arrivée à Valkenburg, le boyau de sa roue commence soudain à se dégonfler. Boonen loupe la victoire mais prend le maillot jaune (qu’un Belge n’avait plus porté depuis Marc Wauters, cinq ans plus tôt)...et le vert ! Le lendemain, au départ à Huy, Tom troque son maillot de champion du monde contre le jaune qu’il conserve quatre jours jusqu’au contre-la-montre de Rennes.

Il abandonne lors de la quinzième étape qui mène les coureurs à l’Alpe d’Huez. Tout se passe plutôt bien dans l’Izoard mais subitement les batteries sont plates dans le Lautaret. Boonen est incapable de récupérer. Il a souffert pendant sept jours de douleurs au ventre. Il a perdu plus de six kilos, passant de 82,5 kilos en début de Tour à 76 kilos au moment de quitter le Tour. Quatre étapes en jaune et dix en vert : le bilan du champion du monde est cependant excellent. Tom est une comète. Champion du monde, vainqueur de Paris-Roubaix, du Tour des Flandres deux fois, du Grand Prix de l’E3 trois fois, de Gand-Wevelgem et de quatre étapes du Tour de France : qui à 26 ans possède un tel palmarès ?

En 2007, Boonen ramène le maillot vert après avoir gagné à Bourg-en-Bresse et à Castres.

Récusé avant le départ du Tour 2009 par les organisateurs, à cause d'un contrôle positif à la cocaïne hors compétition, Tom Boonen est réintégré par décision de la chambre arbitrale du Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

Malade, il abandonne lors de la quinzième étape.

Le quadruple vainqueur de Paris-Roubaix revient une dernière fois sur le Tour en 2011. Une épreuve qu’il quitte définitivement, victime d’une chute, lors de la septième étape.

À suivre : 5️⃣4️⃣ Philippe Gilbert

Retrouvez les maillots jaunes belges de l'histoire du Tour

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK