Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Rudy Pevenage

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Rudy Pevenage
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Rudy Pevenage - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

4️⃣6️⃣ Rudy Pevenage

Né le 15 juin 1954 à Moerbeke
4 participations entre 1979 et 1982
8 jours (9 étapes) en jaune
Maillot vert 1980
Vainqueur d’une étape : Wiesbaden - Metz (276 km) en 1980

Né au pied du Mur de Grammont, Rudy Pevenage est un solide routier, bon finisseur et doté d’un fameux tempérament.

En 1979, Pevenage termine vingt-troisième de son premier Tour de France qu’il dispute au sein de l’équipe Ijsboerke, au service de l’Allemand Dietrich Thurau, dixième à Paris.

Lors du Tour 1980, le destin du Flandrien est bouleversé. Pevenage gagne à Metz sous une pluie battante devant les Français Pierre Bazzo et Yvon Bertin, au terme d’une longue échappée. Le peloton concède dix minutes. Bertin craque le lendemain, vers Liège et le Belge s’empare du maillot jaune dans la ville principautaire. Il conserve sa précieuse tunique jusque dans le Sud-Ouest et ramène le maillot vert à Paris... avec quarante-et-un points d’avance sur Sean Kelly. Un... Rudy vert en plein été, il n’en faut pas plus pour enregistrer une douzième victoire belge sur les quatorze dernières éditions du classement par points. Pevenage remporte aussi le classement des sprints intermédiaires.

Les deux dernières participations de Rudy Pevenage à la Grande Boucle se font dans un relatif anonymat, chez Capri Sonne. Aux côtés de Peter Winnen (cinquième final) et de Daniel Willems, il se classe septante-cinquième en 1981 et septante-troisième l’année suivante, toujours au service de Winnen, quatrième à Paris.

Pevenage remporte encore le contre-la-montre par équipes du Tour d’Italie en 1985 au sein de la formation Del Tongo où ses équipiers sont Giuseppe Saronni et Frank Hoste.

Dans les années 2000, Rudy Pevenage devient le mentor de Jan Ullrich.

Il est licencié en juillet 2006 du poste de directeur sportif de la T-Mobile et poursuivi par le parquet de Bonn à la suite d'une enquête espagnole, dans le cadre de l’affaire Puerto, pour utilisation de substances médicales dopantes. Il aurait eu recours au service d'Eufemiano Fuentes, médecin espagnol au cœur d'un trafic de dopage sanguin. Son poulain Jan Ullrich est également poursuivi. Jan Ullrich, seul vainqueur allemand du Tour de France (en 1997), n'a jamais reconnu officiellement s'être dopé.

"Jamais je n'ai acheté ou vendu des produits interdits, j'ai seulement organisé des voyages à Madrid pour Jan chez le Docteur Fuentes (ndlr: le personnage central de l’affaire de dopage Puerto)", assure Pevenage, qui reconnaît pour la première fois sa faute dans un long entretien publié par le journal L'Equipe, en juillet 2010. "Chez T-Mobile, on avait tout arrêté après 1998 et je peux affirmer que notre équipe était vraiment clean dans les années qui ont suivi l'affaire Festina. (...) Mais, peu à peu, en regardant les résultats, on s'est rendu compte qu'on était en retard sur les autres équipes, surtout les espagnoles et les italiennes", soutient le Belge.

À suivre : 4️⃣7️⃣ Ludo Peeters

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK