Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Romain Maes

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

1️⃣7️⃣ Romain Maes

Né à Zerkegem (région de Bruges) le 10 août 1912

Décédé à Grand-Bigard le 22 février 1983

4 Tours de France disputés entre 1934 et 1939 : vainqueur en 1935
21 jours et demi en jaune
4 victoires d’étapes :

  • Paris - Lille (262 km) et Nice - Cannes (126 km) et Caen - Paris (221 km) en 1935
  • Caen - Vire (63,5 km contre-la-montre) en 1939

Treizième d’une famille de quinze enfants, Romain Maes ne figurait ni sur la liste des favoris ni sur celle des outsiders et pourtant il remporta, à vingt-deux ans, le Tour de France 1935. Il pris le maillot jaune dès le premier jour et ne le céda jamais !

"On a beau avoir un maillot jaune sur le dos, que c’est dur le Tour de France... Si j’ai un fils un jour, jamais il ne fera ce métier-là! ", s’exclama-t-il alors.

Romain Maes dispute son premier Tour de France en 1934. En dépit de son jeune âge (il n’a pas encore vingt-deux ans) Romain manque de très peu le maillot jaune dès son premier jour de course sur la Grande Boucle. A Lille, seul Speicher le devance. Maes est encore deuxième, cette fois derrière Lapébie, le troisième jour à Metz. Mais il tombe sur la route de Nice et abandonne

En 1935, les jantes en dural remplacent les jantes en bois de l’époque héroïque et l’on entre dans l’ère du modernisme. Dans l’étape des Landes, le Français Julien Moineau gagne avec un quart d’heure d’avance... il utilise un plateau de cinquante-deux dents. Mais ce Tour est surtout marqué par la chute mortelle de l’Espagnol Francesco Cepada dans la descente du Galibier.

Romain Maes s’impose le premier jour à Lille... se faufilant au passage à niveau fermé d’Haubourdin. Ce petit bonhomme puissant et rageur traverse Arras à toute allure et résiste à Antonin Magne lancé à sa poursuite. Au terme de la troisième journée, Romain précède Magne de six minutes et Speicher de neuf minutes.

La première épreuve contre la montre, Genève - Evian, est un scandale : mal placé à mi-parcours, Raphaël Di Paco termine premier. Il a bénéficié de l’abri d’une voiture et d’aucun affirment qu’il s’est accroché. Pour sa part, Magne a rejoint ses coéquipiers, et il a terminé avec eux, autrement dit en peloton ! On a même surpris un concurrent derrière une moto : il était relié à celle-ci par un fil de fer ! On pénalise six coureurs, Di Paco écope d’une amende et Magne reçoit un blâme : la justice n’est pas sévère.

Conseillé par Jean Aerts (" pour une fois altruiste (sic)" peut-on lire dans les récits de l’époque), Maes surprend à nouveau dans la descente de Cannes, résiste dans les Pyrénées grâce à l’appui de Félicien Vervaecke et termine en apothéose à Paris entrant seul sur la piste du Parc des Princes, s’offrant la satisfaction suprême d’enlever aussi la dernière étape à Paris. Grimpeur valeureux et excellent contre-la-montre, Romain Maes distance son suivant immédiat au classement final, l’Italien Ambrogio Morelli, de 17 minutes et 52 secondes. Il est le troisième, après Otávio Bottecchia en 1924 et Nicolas Frantz en 1928, à porter le maillot jaune du premier au dernier soir. Romain Maes met fin à la suprématie française et devient aussi le premier vainqueur Belge du temps des équipes nationales. Ce Tour 1935 restera la seule grande victoire de sa carrière.

Le mardi 30 juillet à Bruxelles, une foule énorme réserve aux vainqueurs un accueil délirant. Hissés sur un autocar portant l’inscription bilingue “Honneur aux glorieux vainqueurs du Tour de France”, nos six champions arrivés à Paris (Romain et Sylvère Maes, Vervaeke, Aerts, Lowie et Dignef) reçoivent les félicitations du Roi Léopold III.

En 1936, Maes connaît une lourde défaillance dans les Alpes et renonce lors de la septième étape.

En 1939, Il endosse à nouveau le maillot jaune après avoir remporté l’étape contre-la-montre Caen-Vire, le matin du deuxième jour. Il le perd le soir-même à Rennes et abandonne à Pau lors de la huitième étape.

A cette époque, l’équipe belge évolue sous la direction de Karel Steyaert, journaliste de cyclisme qui a créé le Tour des Flandres, et jouit d’une grande autorité dans les Flandres. Voici ce qu’écrit à son sujet Pierre Chany : " Il signe ses articles Karel Van Wijnendael, du nom de son village natal, et ses opinions ne sont jamais contestées. Il est le "Pape" du cyclisme belge, l’éminence grise de la fédération nationale. "

Romain Maes demeure le troisième coureur belge de tous les temps à avoir le plus souvent porté le maillot jaune, après Eddy Merckx et son homonyme Sylvère.

Il ouvrira plus tard un bar à Bruxelles, le maillot jaune...

À suivre 1️⃣8️⃣ Sylvère Maes

Insolite: une “Romaine” (Maes) est meilleure qu’une “Antonine” (Magne)

A l'époque, les publicités sur les cigarettes inondent, de plus en plus, les pages sportives des journaux. “Dans la fumée d’une cigarette” est une rubrique en vogue. On affirme qu’une “Romaine” (Maes) est meilleure qu’une “Antonine” (Magne) ! A l’époque, on estimait qu’on n’était pas un homme viril, si on ne fumait pas...

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK