Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Gilbert Desmet

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Gilbert Desmet
3 images
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Gilbert Desmet - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

2️⃣5️⃣ Gilbert Desmet

Né le 3 février 1931 à Roulers
6 participations entre 1956 et 1965
11 jours et demi en jaune 

Petit gabarit, râblé, volontaire et assez rapide au sprint, Gilbert Desmet a inscrit son nom au palmarès de la Flèche Wallonne et de Paris-Tours.

Pour sa première participation au Tour de France, en 1956, Desmet endosse le maillot jaune à Rouen dès la troisième étape, profitant d’une échappée de neuf coureurs qui relèguent les favoris à un quart d’heure. Le Flandrien termine deuxième de l’étape, derrière Padovan, et dépossède André Darrigade du maillot jaune. Le lendemain matin, Desmet porte pour la première fois la tunique ocre sur les 15 kilomètres et 75 mètres du chrono des Essarts, remporté par Charly Gaul devant Jean Brankart. Neuvième, Gilbert y consolide sa position de leader mais il doit rendre son beau maillot à Darrigade en fin d’après-midi à Caen. Gilbert Desmet termine deuxième d’un Tour remporté par l’inattendu Roger Walkowiak. Le Français a profité d’une échappée-fleuve de trente-et-un coureurs qui ont relégué le peloton à dix-huit minutes, après huit jours de course. Walko appartient à la modeste formation Nord-Est-Centre et ne fait donc pas partie d’une équipe de France qui est copieusement sifflée au Parc des Princes à Paris.

En 1958, Gilbert Desmet abandonne lors de la vingtième étape Gap-Briançon.

Il réalise son Tour le plus accompli en 1962 où il échoue au pied du podium, derrière Jacques Anquetil, Joseph Planckaert et Raymond Poulidor. Gilbert appartient à une équipe italienne, Carpano, où il n’a que deux équipiers belges : Couvreur et Van Aerde. A l’issue du contre-la-montre de Super Bagnères, Desmet est même deuxième du général à cinquante secondes du maillot jaune (Planckaert).

En 1963, Desmet rejoint l’équipe belge Wiels. Il se classe troisième du contre-la-montre Rennes-Angers, derrière Anquetil et Poulidor. Il y prend le maillot jaune qu’il conserve pendant dix jours. Le Belge profite ainsi de son audace. Il s’est glissé dans une échappée avec le premier maillot jaune, Elliott, lors de la cinquième étape vers Roubaix.

Gilbert fait sensation en résistant dans les Pyrénées et il conserve le maillot jusque dans les Alpes, à Val d’Isère avant d’abandonner.

En 1964, il termine huitième à Paris. Gilbert Desmet ne remportera jamais d’étape sur le Tour mais il n’est jamais passé aussi près que cette année-là. Il échoue à la deuxième place à Toulouse, derrière Sels, et à la troisième à Forest, à Monaco, à Luchon et à Pau.

Pour sa dernière participation au Tour, en 1965, Fezzardi le prive d’un succès à Gap où les deux coureurs arrivent détachés. Quatrième d’étape à La Rochelle et à Perpignan, Gilbert Desmet termine seizième du classement final à Paris, après avoir été troisième du général à La Rochelle. 

A suivre :  2️⃣6️⃣ Jan Adriaensens

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK