Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Georges Lemaire

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Georges Lemaire
4 images
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Georges Lemaire - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

1️⃣6️⃣ Georges Lemaire

Né à Pepinster le 3 avril 1905
Décédé à Uccle, le 29 septembre 1933

2 Tours de France disputés en 1932 (15ème) et 1933 (4ème)
2 jours en jaune

Ancien maçon, venu au sport en pratiquant la course à pied, sous le maillot du Cercle athlétique de Spa, Georges Lemaire découvre le Tour de France en 1932. Il porte le maillot tricolore de champion de Belgique conquis sur le circuit de l’Argentine à La Hulpe.

Le routier de Pepinster est la révélation du Tour de 1933, au sein d’une équipe nationale dont il est l’unique représentant wallon. Cette année-là, pour la toute première fois, on couronnera le roi des grimpeurs à l’issue d’un Grand Prix de la Montage établi par points (en fonction de la place) au sommet des principaux cols.

Georges Lemaire est, avec les Italiens Guerra et Martano et l’Espagnol Trueba (lauréat du premier Grand Prix de la montagne), un rival redoutable pour les Francais. Il profite de la défaillance d’Archambaud dans les Alpes du Sud pour s’emparer du maillot jaune qu’il portera pendant deux jours, entre Digne et Cannes. Au pied des Pyrénées, il est deuxième du général, à quinze secondes seulement du maillot jaune, Georges Speicher. Sans les bonifications, Lemaire serait d’ailleurs le véritable maillot jaune avec... quatre minutes et quarante-cinq secondes d’avance, au lieu d’avoir quinze secondes de retard ! A l’époque les bonifications sont complètement farfelues. Les deux premiers de chaque étape reçoivent respectivement une et deux minutes de rabiot. Mais un bonus de trois minutes est promis à celui qui gagne en solitaire avec au moins trois minutes d’avantage ! Et on apprend, en cours d’épreuve que "le compte des secondes au-delà de trente sera arrondi à la minute". Tout profit pour Speicher. "Et voilà pourquoi votre fille est muette", s’indigne Théo Mathy dans son livre "Mémoires du Tour et des Wallons".

Lors de la dernière étape pyrénéenne, Lemaire perd presque huit minutes sur ses rivaux. Accidenté, il se plaint de ne pas avoir été aidé par certains de ses équipiers dont Jean Aerts. Triste, le coureur wallon confie: "pour la seule journée où j’étais un peu moins bien, on m’a laissé tomber".

Deux mois plus tard, Georges Lemaire connaît une mort tragique à la suite d’une chute en course à Tervuren, pendant le championnat de Belgique interclubs. Relevé avec une fracture du crâne et transporté à l’institut Edith Cavell, il meurt deux jours plus tard, le 29 septembre 1933, à l’âge de 28 ans.

Voici son portrait, signé Jean Routier, dans Le Miroir des Sports : "On parle peu, trop peu sans doute, du Belge Lemaire qui est pourtant un beau routier. De taille moyenne, mais parfaitement proportionné, Lemaire donne avant tout une grande impression d’équilibre. Équilibre physique, mais équilibré moral aussi, car le champion belge est assurément un des plus réfléchis, des plus raisonnables qu’on ait jamais vus. Modeste, effacé, timide, réservé dans ses gestes comme dans ses paroles, Georges Lemaire ne cherche jamais à se mettre en vedette, mais c’est avec une rare conscience qu’il accomplit son métier. Son fin visage au teint mat, qui fait davantage penser à celui d’un Catalan que d’un Belge, laisse difficilement transparaître ses sentiments."

Insolite: L’autre Georges, vainqueur grâce aux bonifications

Le vainqueur du Tour de France 1933 est un ancien nageur qui a appris à monter à vélo à l’âge de dix-sept ans pour répondre à une offre d’emploi et travailler comme garçon de course. Georges Speicher n’était professionnel que depuis un an lorsqu’il remporta la Grande Boucle... grâce aux bonifications. En temps réel, c’est l’Italien Giuseppe Martano (troisième) qui aurait gagné...

Speicher sera mis hors course en 1938 pour avoir été surpris accroché à une voiture dans un col.

A suivre : 1️⃣7️⃣ Romain Maes

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK