Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Eric Vanderaerden

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Eric Vanderaerden
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Eric Vanderaerden - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

️⃣8️⃣ Eric Vanderaerden

Né le 11 février 1962 à Lummen
11 participations de 1983 à 1995
5 jours en jaune
Maillot vert 1986
Vainqueur de 5 étapes et un contre-la-montre par équipes (en 1988)

  • Prologue Fontenay-sous-Bois (5,5 km) en 1983
  • Longon - Pau (198 km) et Pantin - Paris Champs Élysées (196,5 km) en 1984
  • Chrono à Villard-de-Lans (31,8 km) et Pau - Bordeaux (203 km)

Eric Vanderaerden est un surdoué. Pétri de classe, le Limbourgeois est un sprinter redoutable et un rouleur hors norme. Grand spécialiste des prologues où l’utilisation des grands braquets lui permet souvent d’émerger, il totalise 221 victoires chez les jeunes au moment de faire le grand saut dans la cour des grands.

Éric Vanderaerden n’a que vingt-et un ans et vient de passer professionnel lorsqu’il découvre le Tour de France, au sein de l’équipe Aernoudt, en 1983. Il a déjà remporté deux étapes (dont le prologue) de Paris-Nice et deux étapes également, au sprint, au Tour d’Espagne. Vanderaerden enchaine donc avec la Grande Boucle où ses débuts sont tonitruants puisqu’il survole le prologue à Fontenay-sous-Bois où il oublie de sourire sur le podium lorsqu’on lui enfile le maillot jaune. Ce maillot, le Belge le garde deux jours, jusqu’au contre-la-montre par équipes, à Fontaine-au-Pire.

Le talent de Vanderaerden éclabousse le peloton au point que Peter Post l’engage l’année suivante dans sa fameuse équipe Panasonic où Eric va s’épanouir et remporter... cent victoires. Dès sa première saison, il devient champion de Belgique et s’adjuge Paris-Bruxelles. Entre-temps, sur le Tour, il gagne à Pau et sur les Champs Elysées. Une victoire de prestige conquise devant Pascal Jules, Frank Hoste, Bernard Hinault et Sean Kelly.

Le Limbourgeois remporte vingt-quatre succès en 1985 dont le Tour des Flandres. Il enlève encore deux étapes sur le Tour de France, après avoir échoué à trois secondes de Bernard Hinault dans le prologue à Plumelec. Bien que battu le lendemain à Lanester par Rudy Mathys, il prend le maillot jaune grâce à une bonification et le conserve pendant trois étapes. Il perd son bien a Pont-Audemer. Vanderaerden force une de ses plus belles victoires dans le chrono de Villars de Lans où il devance Hinault de 1’07”. Il gagne encore à Bordeaux au sprint devant Kelly. Le bilan du Belge en trois participations au Tour est époustouflant : cinq victoires d’étapes (dont deux chronos) et le maillot jaune porté lors de deux des trois éditions. Tout cela à moins de vingt-trois ans et demi !

Par la suite, l’étoile (filante) plafonne. Vanderaerden remporte bien le maillot vert en 1986 mais sans gagner la moindre étape, il n’en gagnera d’ailleurs plus jamais. Éric triomphe dans Paris-Roubaix en 1987. Il n’a toujours que vingt-six ans mais ce sera son dernier grand succès.

En 1989, il est toujours un des plus gros salaires du peloton, mais ses meilleures années sont derrière lui. Il connaît le chant du signe en 1992 avec le maillot Buckler sur les routes du Tour d’Espagne où il remporte la dix-septième étape, au sprint, a Salamanque. Vanderaerden à la réputation de bien faire prospérer ses affaires. Il construit une somptueuse villa avec quatre salles de bain et son épouse ouvre un commerce de vêtements de cuir.

À suivre : 4️⃣9️⃣ Johan Museeuw

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK