Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Alfred Hamerlinck

Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Alfred Hamerlinck
Ces Belges qui ont porté le maillot jaune: Alfred Hamerlinck - © Tous droits réservés

En 100 ans, 56 coureurs belges ont porté le maillot jaune. Pendant les mois qui viennent, soit jusqu’au grand départ du prochain Tour de France, je vous raconterai l’histoire (souvent croustillante) de chacun d’entre eux. Bonne lecture.

1️⃣4️⃣ Alfred Hamerlinck

Né à Assenede (Flandre orientale) le 27 septembre 1905
Décédé à Gand le 10 juillet 1993

1 Tour de France disputé (abandon)
1 jour en jaune
2 étapes remportées

  • Paris - Caen (208 km) et Les Sables d’Olonne - Bordeaux (338 km) en 1931

Alfred Hamerlinck était un coureur de tempérament. Bon finisseur, véloce au sprint et doté d’un démarrage redoutable, "Don Fredo" était un spécialiste des courses flandriennes, allergique au parcours vallonnés.

Intouchable dans les catégories d’âge (47 victoires chez les débutants en 1925 et 42 chez les juniors en 1926), il devient le "roi des kermesses" chez les professionnels. Sur la piste, Hamerlinck est très performant en omnium et quasi invincible en poursuite. Au vélodrome de Gand, en 1935, il rejoint le Français Michel Pecqueux en poursuite après avoir couvert 3430 mètres en 4’02”, soit une moyenne de 51,024 km/heure, un record officieux mais inouï à l’époque.

Alfred Hamerlinck dispute son premier et unique Tour de France en 1931. À côté des modestes " touristes-routiers ", pour la deuxième année consécutive, les meilleurs coureurs du peloton sont repartis au sein d’équipes nationales. André Leducq, vainqueur l’année précédente, porte le dossard numéro... 35 au sein d’une équipe de France, grande favorite. Étonnement, dans l’équipe belge, le dossard numéro principal n’est porté ni par De Waele (vainqueur en 1929) ni par Demuysere (quatrième en 1930) mais par Hamerlinck, pourtant néophyte sur le Tour. Dès son premier jour de course sur la Grande Boucle, Alfred s’impose au sprint à Caen devant Charles Pélissier et Raffaele Di Paco. La flèche flandrienne prend ainsi la tête du classement général dès le premier jour. Hamerlinck devient le premier Belge à porter le maillot jaune dans l’ère des équipes nationales. Mais il le perd dès le lendemain sur les routes de Bretagne au profit de l’Autrichien Max Bulla qui écrit aussi l’histoire. Pour la première fois dans l’histoire du Tour, un "touriste-routier" endosse le maillot jaune.

Alfred Hamerlinck remporte encore la sixième étape à Bordeaux, toujours au sprint. Il abandonne sur la route de Marseille, au cours de la douzième étape. Son bilan (définitif) sur les routes du Tour: 11 jours de course, le maillot jaune, deux victoires d’étapes et six fois dans le top dix!

Son grand regret : la crevaison subie dans le dernier kilomètre du championnat du monde disputé à Liège en 1930 qui l’a peut-être privé du titre mondial. Alfredo Binda fut sacré champion du monde devant un autre italien, Learco Guerra, et le Belge Georges Ronsse. Hamerlinck se classa huitième.

Insolite: Un vainqueur excentrique

C’est Antonin Magne qui remporta le Tour de France en 1931. Plus tard, le Français dirigea Rik Van Steenbergen, Louison Bobet et Raymond Poulidor. Directeur Sportif excentrique, il était vêtu d’une blouse blanche, d’un béret et d’un foulard violet et examinait ses coureurs à l’aide d’un pendule.

A suivre : 1️⃣5️⃣ Jean Aerts

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK