Bruxelles, Teuns, De Gendt, Van Aert, Wellens,... : Une première partie de Tour marquée par les Belges

Bruxelles, Teuns, De Gendt, Van Aert, Wellens,... : Une première partie de Tour marquée par les Belges
Bruxelles, Teuns, De Gendt, Van Aert, Wellens,... : Une première partie de Tour marquée par les Belges - © Tous droits réservés

Le Tour de France connaît ce mardi sa première journée de repos. L'occasion pour nous de dresser un bilan de cette première partie de course, qui a vu la Belgique se mettre à l'honneur de nombreuses fois, via le Grand départ de l'épreuve à Bruxelles ou ses coureurs, omniprésents dans ces 10 premiers jours de course.

- Un Tour de magie pour les Belges

Du départ à Bruxelles avec la mise à l'honneur d'Eddy Merckx, à la 10ème étape reliant Albi lundi et la 3ème victoire pour l'un de nos compatriotes, le plat pays a été mis à l'honneur tous les jours.

Avec 3 victoires d'étapes (Dylan Teuns, Thomas De Gendt et Wout Van Aert), un maillot à pois vampirisé (Greg Van Avermaet et Tim Wellens), 4 prix de la combativité (Tiesj Benoot, Thomas de Gendt et deux fois pour Tim Wellens), les Belges ont effectivement été aux avants-plans. Le bilan est tout bonnement exceptionnel, pour ne pas dire historique. Il faut remonter à 2007 pour retrouver un Tour avec 3 victoires d'étapes belges. Ici, nous ne sommes qu'après la 10ème étape et le bilan est déjà égalé.

Les équipes belges n'ont pas été en reste. Deceuninck Quick-Step a remporté 2 victoires (par Julian Alaphilippe et Elia Viviani) et porté 6 jours le maillot jaune grâce à son Français. Lotto a décroché un bouquet grâce à De Gendt. Wanty Gobert s'est montré tous les jours et a obtenu une fois la combativité (Yoann Offredo) et pris la troisième place à la Planche des Belles Filles grâce à Xandro Meurisse.

En octroyant le départ à Bruxelles et un départ à Binche, la direction du Tour ne s'est pas trompée. La Grande boucle a connu succès de foule et succès d'estime pour les trois jours passés en Belgique.
"Chacun a pu se rendre compte que le cœur du cyclisme mondial bat en Belgique. Il a battu à Bruxelles, à Binche. J’ai simplement envie de dire merci. [...] On ne s’est pas trompé. Etre ici en Belgique pour les 100 ans du maillot jaune, pour les 50 ans de la première victoire d’Eddy, c’était une occasion à saisir. On l’a saisie parce que la ville de Bruxelles était candidate", s'est félicité Christian Prudhomme, le patron du Tour. 

Bruxelles a mis à l'honneur le plus grand champion de l'histoire du cyclisme belge: Eddy Merckx. Un demi-siècle après la première de ses 5 victoires, le Cannibale a de nouveau reçu l'ovation de la Grand Place de Bruxelles et l'affection de l'ensemble du peuple belge. "J’ai été du village départ jusqu’à la ligne de départ aux côtés d’Eddy Merckx. Il y avait des gens qui scandaient son nom qui criaient 'Eddy, Eddy'. Des gens qui pleuraient à son passage. Dans un Grand départ parfaitement réussi sans être flatteur, ça restera inoubliable. C’est sans aucun doute, le Grand départ le plus émouvant que j’ai vécu" a confié Christian Prudhomme. Ce départ en Belgique a boosté les ambitions des coureurs belges. Ils étaient 21, dont sept néophytes, à s'élancer de Bruxelles. La Belgique n'avait plus atteint un tel niveau de participation depuis 25 ans et l'édition 1994. 

- Alaphilippe, un Tour de force

Il avait affiché ses ambitions et il les a assumées. Le numéro 1 mondial Julian Alaphilippe a marqué de son empreinte cette première partie de Tour. Dans un premier temps en la jouant solo à Epernay et en se détachant du peloton pour aller décrocher la victoire et obtenir son premier maillot jaune. Dans un deuxième temps en allant le reconquérir après l'avoir perdu à la Planche des Belles Filles. Le Français atteint cette première journée de repos en étant leader du classement général, et en ayant augmenté son avance sur le deuxième lundi grâce aux bordures orchestrées notamment par Deceuninck-Quick Step.
Certains supporters du Français n'hésitent pas à en faire un potentiel vainqueur du Tour. Avec les échéances qui approchent (Pyrénées et contre-la-montre individuel), on en saura vite plus sur les limites du coureur Deceuninck.

- Un Tour de contrôle pour Ineos

Le top 10 a connu de gros chamboulements ce lundi lors dans la 10ème étape et la création de bordures dans les 35 derniers kilomètres. De nombreux favoris ont été piégés. Rigoberto Uran, Thibaut Pinot, Richie Porte, Jakob Fuglsang ou encore George Bennett ont perdu du temps. Et pour certains d'entre eux, beaucoup. Une équipe a tiré profit de ce coup de force: Ineos. L'équipe du tenant du titre, Geraint Thomas, a parfaitement tiré son épingle du jeu en participant à la bordure et en protégeant ses deux leaders: Geraint Thomas et Egan Bernal. Ce qui fait que les deux hommes sont respectivement 2ème et 3ème du classement (à une grosse minute d'Alaphilippe) et possèdent donc l'avantage sur les autres favoris pour le classement général.

Steven Kruijswijk, Emanuel Buchmann, Enric Mas, Adams Yates et Nairo Quintana sont à moins d'une minute du duo Ineos. Thibaut Pinot est à 1'15. Romain Bardet, Jakob Fuglsang, Richie Porte et Mikel Landa sont à plus de 2 minutes de Geraint Thomas. Pour d'autres, l'écart semble déjà bien trop élevé pour être comblé. Vincenzo Nibali erre à la 30ème place, à 14 minutes d'Alaphilippe. Georges Bennett a perdu près de 10 minutes lundi. 

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK