Bourlart : " Une journée difficile, mais on a sauvé les meubles "

Bourlart : « Une journée difficile, mais on a sauvé les meubles »
Bourlart : « Une journée difficile, mais on a sauvé les meubles » - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Chaque soir sur VivaCité, c’est l’infiltré "Complètement Tour" : des nouvelles de l’équipe wallonne Wanty-Groupe Gobert pour sa première participation au Tour de France.

Ce dimanche soir, Jean-François Bourlart, le manager de l’équipe, analyse la 15e étape et les deux premières semaines de ses coureurs : "Tout le monde est rentré dans les délais. L’étape faisait peur parce qu’elle venait après deux jours difficiles de montagne. Aujourd’hui, le parcours était plus difficile que ce que l’on voyait sur le road book. L’étape nous faisait peur à la reconnaissance quelques minutes avant la course. Mais, tout le monde est rentré dans les temps. Tout va bien."

Des nouvelles de Peter Van Speybrouck ? "Peter n’est pas bien depuis un jour ou deux. On l’a mis sous antibiotiques parce qu’il avait vraiment des problèmes de gorge, une bronchite. J’espère qu’avec le jour de repos les antibiotiques auront fait effet et que ça ira mieux. On espère qu’il pourra terminer."

L’étape du jour : "On avait demandé à trois coureurs d’aller dans l’échappée. C’est parti en force dès le départ avec Tony Martin qui a vraiment roulé un contre-la-montre sur les 10 premiers kilomètres. Il fallait être dans sa roue. Et là, nous n’avons placé personne. Ensuite, le groupe de 20 sort de nouveau en force dans la bosse. On était mal placé au pied. Thomas Degand et Marco Minnaard n’avaient peut-être pas les jambes. Surtout, Guillaume Martin était moins bien aujourd’hui. Ça nous a fait peur. C’était stressant. Il était un peu lâché dans le premier col. On s’est dit que ça allait être une journée compliquée. Finalement, il s’est remis au fil de l’étape. Il ne termine pas trop loin du maillot jaune et reste dans le Top 20."

La 3e semaine ? "On savait qu’on aurait des bons moments et des moins bons. On a bien profité de la première semaine pour se montrer et aller dans les échappées et essayer de faire un maximum de bonnes choses. On savait qu’il y aurait des moments plus difficiles. Aujourd’hui, c’était une journée plus difficile, mais on reste quand même dans la course. On a quelqu’un dans le Top 20 et toujours nos neuf coureurs. Demain, c’est la journée de repos. On verra comment se passera la troisième semaine. Il reste deux journées en montagne, dans les Alpes. Puis, il y a encore deux étapes où on peut se montrer. Quand on en aura l’occasion, on le fera. Nous avons maintenant deux objectifs. D’abord arriver à neuf à Paris. On est sur la bonne voie si Peter se soigne bien et qu’on évite les accidents. Le deuxième objectif est de garder un Top20 au général."

Le programme de demain ? "On sentait hier soir que tout le monde commence à être fatigué que ce soit les coureurs ou le staff. Les familles et la presse vont venir nous voir. Certains sponsors de la région aussi. Au final, on sait que ce n’est pas vraiment une journée totalement dédiée au repos. Mais, on va quand même essayer de protéger les coureurs et de leur donner un maximum de temps pour eux."

La fatigue : "On observe les autres équipes. Tout le monde est très fatigué. Certains vont deux jours dans le gruppetto pour se reposer. Le troisième jour, ils vont dans l’échappée. Le Tour, c’est aussi de l’expérience. On en parlait avec Yohan Offredo. Une fois qu’il est lâché, il ne sait pas bien ce qu’il doit faire. Doit-il se laisser aller et juste calculer pour rentrer dans les délais ou essayer de s’accrocher dans un groupe intermédiaire ? On apprend au jour le jour. Ça reste une première. On découvre les choses. Pour une première, on ne se débrouille pas trop mal. On a bien géré le jour moins bien de Guillaume Martin aujourd’hui. Il nous reste des espoirs. On veut finir le Tour en beauté."

Retrouvez Complètement Tour avec David Houdret, Samuel Grulois et Rik Verbrugghe tous les soirs de ce Tour de France 2017, entre 18 et 19h, sur VivaCité.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

Recevoir