3 questions à Cyril : "Ewan un cran au-dessus, mais du suspense dans les sprints"

L'Australien Caleb Ewan a remporté au sprint la 11e étape du Tour de France disputée mercredi sur 167 km entre Albi et Toulouse où le Français Julian Alaphilippe a conservé le maillot jaune. Pour sa première participation au Tour, Ewan remporte ainsi sa première étape sur la Grande Boucle. Comme tous les soirs, place aux trois questions à notre consultant RTBF Cyril Saugrain.

Le travail de Lotto-Soudal enfin récompensé avec la victoire d’Ewan. Est-ce mérité ?
"C’est amplement mérité. Ils ont toujours cru en leur sprinter, ils ont porté confiance en celui-ci. Il fait le sprint parfait aujourd’hui. Il vient déborder Riccheze, qui écarte un peu Viviani. Il est en bonne position dans la roue de Groenewegen. On a senti qu’Ewan était un cran au-dessus. Il n’y a pas photo, il était le plus fort."

6 sprints et 6 vainqueurs différents. Aucun sprinter ne domine dans cet exercice durant ce Tour. N’est-ce pas un peu étonnant ?
"C’est peut-être une des particularités de ce Tour. On imaginait Groenewegen un cran au-dessus des autres. Il y a eu des surprises aussi : Teunissen et Van Aert. Ca donne du suspense et ça nous laisse une belle interrogation pour l’arrivée à Paris."

On a vu un De Gendt à l’attaque, mais il s’agissait d’Aimé De Gendt et non de Thomas. Quel est votre avis sur le travail du coureur de chez Wanty ?
"Il fallait aller dans l’échappée du jour, c’était important. A quatre, dans le final, on sentait qu’il y aurait pu y avoir une opportunité avec, peut-être, une collaboration un peu plus lointaine. De Gendt était peut-être le plus fort du groupe de tête. Une petite polémique s’est installée, née d’une frustration et d’un peu de colère à mon avis. Chapeau à Wanty, une nouvelle fois aux avant-postes."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK