Tim Wellens s'impose dans la 6ème étape du Giro

Tim Wellens s'impose dans la 6ème étape du Giro
2 images
Tim Wellens s'impose dans la 6ème étape du Giro - © YUZURU SUNADA - BELGA

Tim Wellens (Lotto-Soudal) a remporté jeudi en solitaire la 6e étape du Tour d'Italie, qui reliait Ponte à Roccaraso (157 km). Il s'impose pour la première arrivée du Giro en altitude devant le Danois Jakob Fuglsang (Astana) et le Russe Ilnur Zakarin (Katusha). Tom Dumoulin (Giant-Alpecin), 4e, garde son maillot rose de leader du classement général à l'issue de cette étape de moyenne montagne.

Le départ de l'étape a été donné sous la pluie, pour la première fois dans ce Giro. Les 20 premiers kilomètres se sont ainsi disputés sur des routes glissantes avant que l'altitude ne monte peu à peu pour culminer avec une ascension de 17 km avec une pente moyenne de 4,8% (côte de 2e catégorie). C'est surtout la première partie de celle-ci qui a proposé les pentes les plus dures, avec des passages à 12%, avant une portion finale de 7 km alternant entre 4 et 7%.

De nombreux coureurs ont tenté d'anticiper ces difficultés en essayant de s'échapper. Trois d'entre eux parviendront finalement à intégrer l'échappée matinale: le Russe Aleksandr Kolobnev (Katusha), l'Italien Alessandro Bisolti (Nippo-Vini Fantini) et l'Albanais Eugert Zhupa (Southeast). En peu de temps, ils arriveront à engranger huit minutes d'avance sur le peloton.

Un avantage qui fondra rapidement dans la descente du Bocca della Selva, où Movistar ne s'est pas laissé impressionner par la pluie. Le trio a alors perdu un de ses éléments en la personne de Kolobnev et ne comptait plus que deux minutes d'avance sur le reste des coureurs.

C'est alors que Tim Wellens et son coéquipier néerlandais Pim Ligthart ont décidé de prendre la poudre d'escampette. Le Luxembourgeois Laurent Didier (Trek-Segafredo) les a rejoints. Le peloton a laissé faire et en moins de dix kilomètres, les trois poursuivants avaient rejoint la tête de la course. En alliant leurs forces, les cinq hommes de tête ont alors rapidement pris jusqu'à neuf minutes d'avance.

Dans l'ascension finale, le Luxembourgeois a alors placé la première attaque. A une quinzaine de kilomètres de l'arrivée, Tim Wellens a semblé devoir le laisser partir avant de le rattraper et de lui fausser compagnie, sans pouvoir être rejoint avant l'arrivée.

Les coureurs du peloton sont restés au calme jusqu'à ce que la Danois Jakob Fuglsang (Astana) ouvre les débats en compagnie du Biélorusse Kanstantsin Siutsou (Dimension Data).

Ce n'est qu'à 2,7 km de l'arrivée que les favoris se sont découverts, Vicenzo Nibali (Astana) étant le premier à se montrer. Tom Dumoulin en personne, porteur du maillot rose, l'a ensuite contré et déposé. Le vainqueur du Tour de France 2014 avait manifestement joué un coup de bluff car il a eu des difficultés à maintenir sa place dans le peloton par la suite. Son compatriote Domenico Pozzovivo (AG2R) et le Russe Zakarin (Katusha) en en profité pour sauter dans la roue du Néerlandais et rejoindre le duo Siutsou-Fuglsang.

Tim Wellens, qui avait abordé l'ascension finale avec plus de six minutes d'avance, a réussi à préserver un avantage d'1 minute 19 sur Jakob Fuglsang, en tête des premiers poursuivants.

Il s'agit de sa deuxième victoire de la saison après la dernière étape de Paris-Nice, qu'il avait remportée devant Alberto Contador, et la septième de sa carrière. Il avait déjà été deuxième d'une étape du Giro à deux reprises lors de sa première participation en 2014.

Lotto-Soudal avait déjà connu la victoire mercredi sur le Giro avec son sprinter allemand André Greipel. Il s'agit de la quatrième victoire d'étape d'une équipe belge après les deux sprints remportés par l'Allemand Marcel Kittel pour Etixx-Quick Step.

Tom Dumoulin, arrivé 1 minute 22 après Tim Wellens, a pris le dessus dans le final sur l'Espagnol Alejandro Valverde, l'Italien Vincenzo Nibali et l'Espagnol Mikel Landa, qui ont perdu une poignée de secondes. Au classement général, il possède ainsi 26 secondes d'avance sur Fuglsang et 28 sur Zakarin.

Vendredi, la 7e étape reliera Sulmona à Foligno sur un parcours de 211 kilomètres favorable aux sprinteurs malgré un col de deuxième catégorie situé en début de course.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK