Roglic est en position favorable mais le Giro ne fait que commencer

Déjà présenté comme le grand favori de Tour d’Italie avant le début de la course, Primoz Roglic pointe en deuxième position au classement général derrière l’Italien Valerio Conti, alors que les coureurs n’ont pas encore escaladé les cols italiens. Après une semaine de course, le Slovène a déjà remporté deux étapes, les deux premiers chronos de cette 102e édition du Giro. Le premier jour, dans les rues de Bologne, il a endossé le maillot rose avant de l’abandonner plus tard dans la semaine. Ce dimanche, il a récidivé en battant pour 11 petites secondes, notre compatriote Victor Campenaerts à Saint-Marin.

Le coureur de Jumbo-Visma s’est déjà constitué un solide petit matelas par rapport à ses concurrents directs à la victoire finale. Vincenzo Nibali est le coureur qui a le mieux résisté jusqu’à présent. Le Sicilien pointe à 1min44 du Slovène après 9 étapes. Le Néerlandais Bauke Mollema 1min55) et le Luxembourgeois Bob Jungels (à 2min18) limitent la casse également.

Mais les autres favoris ont tous perdu un temps considérable. Simon Yates est pointé à 3min46, Miguel Angel Lopez à 4min29 et Mikel Landa est déjà pointé à 4min52. Le Britannique, éblouissant l’an dernier sur les routes italiennes avant de craquer dans le Colle delle Finestre, a sombré dans le contre-la-montre ce dimanche. Il y a concédé 3 minutes 11 en 34,8 kilomètres. Un débours énorme au vu de ses qualités dans l’effort en solitaire. Les deux autres ont été malchanceux. Mikel Landa a perdu plus d’une minute le 4e jour tandis que Lopez a crevé dans le contre-la-montre. Une discipline qui ne constitue pas une de leurs grandes qualités.

Un autre des favoris à la victoire finale a lui déjà disparu en la personne de Tom Dumoulin. Le vainqueur du Giro 2017 est tombé lors de la 4e étape et a abandonné le lendemain, suite à des douleurs au genou. Roglic a lui aussi goûté au bitume lors de la 6e étape mais sans gravité pour le Slovène.

Primoz Roglic est donc dans une position très favorable à l’issue de la première semaine. Il pourrait bien être le premier Slovène à remporter un grand tour. Mais le Giro ne fait que commencer. Si les coureurs ont déjà parcouru 9 étapes, la montagne n’est pas encore arrivée. À partir de mercredi et jusqu’au contre-la-montre du dernier jour à Vérone, aucun répit ne sera accordé aux coureurs. Soit 10 étapes au cours desquelles Nibali, Yates et compagnie vont être contraints d’attaquer.

Deux étapes en particulier ont été pointées par les coureurs : la 13e étape entre Pinerolo et Ceresole Reale au terme d’une montée finale de 34 kilomètres ou encore la 16e étape de 227 kilomètres entre Lovere et Ponte di Legno, qui passera par les célèbres Passo Gavia et Passo del Mortirolo. Un terrain de jeu propice pour les purs grimpeurs, d’autant que Roglic ne pourra plus compter sur Laurens De Plus, son principal équipier en montagne. Le Belge a été contraint à l’abandon vendredi lors de la 7e étape en raison d’une maladie.

Un programme alléchant qui devrait donc nous offrir du grand spectacle.

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK