Remco Evenepoel avant le Giro : "Je veux simplement profiter, car après ma chute j’étais presque en dépression"

À deux jours du grand départ du 104ème Tour d’Italie, Remco Evenepoel a répondu aux questions de la presse dans une vidéo conférence très attendue. Très détendu, aux côtés de son équipier João Almeida, le jeune coureur belge a tenté de faire le point sur sa forme, ses objectifs et ses envies. Mais comme nous tous, il ne sait pas très bien à quoi s’attendre. La forme est là mais la course décidera de son sort.

"Je pense que c’est impossible de se préparer à 100% pour une course sans pouvoir aller en compétition. C’est le risque qu’on a pris, mais je suis content de pouvoir enfin reprendre presque dix mois après ma chute. Mon objectif ici est juste de me sentir à nouveau bien au sein du peloton, prendre du plaisir avec mes coéquipiers. Pour l’instant, je ne me préoccupe pas des étapes de montagnes de ce Tour d’Italie, etc. L’objectif principal de ma saison c’est Tokyo et les Jeux Olympiques. J’ai toujours dit que le Giro ferait partie de ce chemin vers les JO.", confie d'abord Remco Evenepoel.


►►► À lire aussi :
> Notre page GIRO
Analyse détaillée du parcours de ce 104ème Giro d’Italia
Filip Sercu, masseur de Remco Evenepoel : "Il a presque retrouvé sa musculature, il ne manque que quelques pourcents"
João Almeida leader, Remco Evenepoel en électron libre


"On ne sait pas comment mon corps va réagir, mais je n’ai aucune pression. Au niveau de ma condition je me sens juste sain et en bonne forme. Ça me rend impatient de courir à nouveau. Les entraînements étaient bons mais ce n’est pas la même chose que la course. Comment je vais prester ? C’est la grande question pour moi, pour l’équipe, mes équipiers, pour tout le monde en fait ! C’est certain que les premiers jours vont être un peu étranges".

"Ce que je veux le plus dans ce Giro c’est juste profiter. Dix mois sans rouler ça vous rend tellement triste, vous êtes proche de la dépression. Je veux m’amuser sur le vélo, avec mes équipiers et se faire des bons souvenirs ensemble. Peu importe si nous n’avons pas de bons résultats, je veux donner le meilleur en course et profiter !"
, explique R.EV.

Samedi, je vais tout donner sur le chrono

Est-il réaliste d’attendre quelque chose de lui samedi, sur le chrono d’ouverture ? "En tout cas, ça va faire mal pour un premier jour de course ! Mais j’aime faire des chronos et je me suis pas mal entraîné sur mon vélo de contre-la-montre. De nouveau, par rapport aux Jeux Olympiques, c’est important de faire un maximum de chronos. Je vais juste y aller à fond, 'full gas', tout donner pour ne pas avoir de regrets et on verra. Mais quand vous avez le champion du monde de la spécialité au départ (Filippo Ganna), c’est difficile. On pense que c’est l’homme à battre sur cette 1ère étape".

Le boucher Johan De Muynck !

Remco qui a confié, avec humour, une anecdote quand il a été interrogé sur le dernier coureur belge vainqueur du Giro en 1978. "Évidemment que je sais qui est Johan De Muynck. Notre boucher dans mon village de Schepdaal s’appelle aussi Johan De Muynck ! Il a de la bonne viande. Donc si vous cherchez un bon boucher, allez chez Johan De Muynck ! (rires)".

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK