Giro : Qui sont les favoris et les possibles adversaires de Remco Evenepoel ?

La 104ème édition du Tour d’Italie, qui démarre samedi de Turin, s’annonce très ouverte. Qui va pouvoir succéder au Britannique Tao Geoghegan Hart, vainqueur l’an dernier (en octobre) et absent au départ ? Dressons la liste des favoris au maillot rose, et donc possibles adversaires de Remco Evenepoel, à condition qu'il nous épate et puisse se bagarrer avec les meilleurs.

Egan BERNAL (COL, INEOS Grenadiers) ★★★

Vu la force collective de l’équipe alignée par INEOS Grenadiers, il n’est pas étonnant de retrouver le principal favori dans cette formation. Egan Bernal sera extrêmement bien entouré avec à ses côtés : Pavel Sivakov, Daniel Felipe Martinez, Gianni Moscon, Jhonatan Narváez, Jonathan Castroviejo, Filippo Ganna et Salvatore Puccio.

Cette équipe a tout pour réussir. Des rouleurs pour contrôler dans la plaine, des grimpeurs pour imprimer le rythme dans les cols, une touche colombienne incarnée par Martinez aux côtés de Bernal, des Italiens qui connaissent le terrain et même un leader de rechange avec Sivakov !

Où en est Egan Bernal depuis sa grosse défaillance sur le dernier Tour de France ? Ses problèmes de dos sont-ils derrière lui ? Le début de saison a été plutôt rassurant avec deux podiums en mars sur les courses italiennes : 2ème du Trofeo Laigueglia et 3ème des Strade Bianche où il a pu prendre ses marques en vue de la 11ème étape de ce Giro. Il a également quitté Tirreno avec la 4ème place du général.

Bernal veut retrouver ses jambes et la confiance sur ce Giro. Mais il le reconnaît, le Colombien n’est pas au niveau de sa victoire dans le Tour de France 2019. De plus, son dos est encore douloureux certains jours. Voilà pourquoi, sur papier, il n’est pas largement supérieur aux autres favoris.

Simon YATES (GBR, Team BikeExchange) ★★

Comme Bernal, Simon Yates sait qu’il a la victoire d’un grand tour dans les jambes. En 2018, sa meilleure saison, il s’était imposé sur la Vuelta. Orphelin de son jumeau Adam, parti justement chez INEOS Grenadiers, Simon porte désormais à lui seul le leadership de sa formation australienne.

Simon Yates connaît le Tour d’Italie puisqu’il a pris le départ des trois dernières éditions. Et l’an dernier, il avait été contraint de quitter la course suite à un test positif au coronavirus.

Le Britannique a jusqu’ici disputé trois courses à étapes : 10ème du général à Tirreno, 9ème du général au Tour de Catalogne et victoire dans le classement final du Tour des Alpes. On peut donc affirmer qu’il débarque sur ce Giro avec de la confiance et des jambes.


►►► À lire aussi :
Notre page GIRO
De l’effroyable chute jusqu’au Giro : Les 9 derniers mois de Remco Evenepoel en 9 dates clés

Analyse détaillée du parcours de ce 104ème Giro d’Italia
Remco Evenepoel avant le Giro : "Je veux simplement profiter, car après ma chute j’étais presque en dépression"

Koen Pelgrim, coach de Remco Evenepoel, avant le Giro : "Les chiffres montrent qu’il est prêt, mais ils ne disent pas tout"
Filip Sercu, masseur de Remco Evenepoel : "Il a presque retrouvé sa musculature, il ne manque que quelques pourcents"


Vincenzo NIBALI (ITA, Trek-Segafredo) ★

Voici un autre coureur déjà vainqueur d’un grand tour. Mieux, Vincenzo Nibali a lui remporté les trois grands tours. En début d’année, l’Italien avait pointé l’enchaînement Giro-Tour de France comme point fort de sa saison. Mais depuis, ce plan de route a été perturbé par une fracture du poignet, il y a trois semaines.

Le coureur Trek-Segafredo a disputé une course contre la montre pour s’assurer d’être au départ. Et ce lundi, sa formation a enfin pu officialiser sa participation.

Cette blessure au poignet risque de lui coûter cher. Vincenzo Nibali n’arrivera pas dans des conditions optimales, lui qui, à 36 ans, a montré des signes de déclin et de faiblesse ces derniers temps sur les grands tours.

Mikel LANDA (ESP, Bahrain-Victorious) ★

Mikel Landa n’a pas fait mystère de ses ambitions. Le Giro, c’est son principal objectif cette saison. L’Espagnol de la formation Bahrain-Victorious, 31 ans, a déjà dans sa sacoche trois étapes du Giro (2016, 2017, 2019). Il a terminé l’édition 2015 à la 3ème place du général et 2019 à la 4ème place.

Pour se préparer, il a disputé Tirreno (3ème du général) et le Tour du Pays basque (8ème du général) avant de partir en stage en altitude. Selon lui, il est en "parfaite condition".

Emanuel BUCHMANN (ALL, BORA-hansgrohe) ★

Emanuel Buchmann sera le leader de sa formation BORA-hansgrohe qui espère également décrocher des étapes avec Peter Sagan. Depuis son fantastique Tour de France 2019, terminé à la 4ème place, l’Allemand peine à confirmer. L’année dernière, il était nettement plus en rentrait sur la Grande Boucle avec sa 38ème place au général.

Dans ses deux courses à étapes du début de saison (UAE Tour et Pays basque) il était présent mais sans particulièrement briller.

Il vient de prolonger son contrat au sein de l’équipe jusqu'en 2024.

Les autres ★

D’autres coureurs sont à pointer, mais plutôt sous l’étiquette d’outsider. Deuxième l’an dernier, Jai Hindley (AUS, Team DSM) n’a pas encore démontré grand-chose en ce début de saison, n’arrivant pas au bout du Tour de Catalogne ni du Tour des Alpes. DSM pourrait donc se rabattre sur le Français Romain Bardet.

L’équipe Jumbo-Visma se déplace en Italie avec le Néo-Zélandais George Bennett comme leader. Une chance pour lui qui est plus souvent habitué à travailler pour ses leaders. Astana-Premier Tech fait confiance à Aleksandr Vlasov (Rus). Le Russe avait été malchanceux l’an dernier sur le Giro puisqu’il avait abandonné lors de la 2ème étape suite à des maux de ventre.

Hugh Carthy (GBR, EF Education-Nippo) est aussi cité parmi les outsiders, lui qui fut 3ème du Tour d’Espagne l’an dernier et 11ème du Giro en 2019.

Et si Remco vise la victoire d’étape dans les chronos ?

Si Remco Evenepoel ne peut défendre ses chances pour le classement général, nul doute qu’il tentera de décrocher une victoire d’étape. Et sur papier, c’est sur le chrono qu’il a le plus de chance de briller. Il y en aura deux : 8,6km en ouverture sur la 1ère étape et 30,3 km en clôture pour la 21ème et dernière étape.

Dans l’exercice du contre-la-montre, le jeune coureur belge aura un adversaire de taille en la personne du champion du monde Filippo Ganna (ITA, INEOS Grenadiers). D’autres très bons rouleurs sont aussi au départ. Dans sa propre équipe : Rémi Cavagna (FRA, Deceuninck-Quick Step) et João Almeida (POR, Deceuninck-Quick Step). Mais aussi Victor Campenaerts (BEL, Team Qhubeka ASSOS), Alberto Bettiol (ITA, EF Education-Nippo) ou encore Nelson Oliveira (POR, Movistar).

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK