Giro - Quand un tweet aggrave la confusion

Les tweets du Giro
Les tweets du Giro - © Twitter - @giroditalia

Un tweet du compte officiel de l'organisation du Giro a aggravé la confusion sur les conditions de course dans la descente du Stelvio, mardi, au cours de la 16e étape.

L'information délivrée en moins de 140 signes ("La descente du Stelvio a été neutralisée à cause des conditions météo") a renforcé l'équivoque née de la communication faite, en trois langues, italien, anglais et français, sur la radio interne de la course.

A l'approche du sommet, Radio-Tour avait annoncé qu'une moto guiderait les coureurs dans la descente, laquelle a été ensuite mise à profit par le Colombien Nairo Quintana et quelques autres coureurs pour passer à l'attaque.

Moins d'un quart d'heure plus tard après le premier envoi, le compte Twitter du Giro a rectifié: "Communication erronée: aucune neutralisation de la descente du Stelvio. Excuses."

Après l'étape, le directeur du Giro Mauro Vegni a rappelé: "Radio-Tour est le seul organe légitime pour donner des informations officielles pendant la course."

Deux équipes, l'Omega Pharma pour le Colombien Rigoberto Uran (précédent porteur du maillot rose) et la Tinkoff (pour Majka), se sont retrouvées à la pointe de ce mouvement.

Patrick Lefevere, manager d'Omega Pharma, a réclamé la démission de Mauro Vegni. Oleg Tinkov, le milliardaire russe propriétaire de Tinkoff, a soutenu que les résultats de l'étape auraient dû être annulés.

Mais, dès Sarnonico, la demande des plaignants a été rejetée par les représentants de l'Union cycliste internationale (UCI) qui ont maintenu le classement de l'étape du Val Martello, où Quintana a livré mardi un grand numéro de grimpeur pour s'assurer l'essentiel de son avance.

"Cela aurait été injuste de changer", a réagi sobrement le porteur du maillot rose interrogé à l'arrivée de Vittorio Veneto. "Cette étape, je l'ai gagnée sur le terrain !"

L'association internationale des équipes (AIGCP), mobilisée pour soutenir les doléances et réclamer l'annulation des écarts faits dans la descente, a déploré le rejet de sa demande. "Inacceptable et très décevant", selon son directeur Luuc Eisenga (ancien de T-Mobile à l'époque d'Ullrich).

L'AIGCP s'est dit prête aussi à la discussion afin d'élever le niveau de la réglementation lors des courses. Pour éviter à l'avenir une semblable confusion ("l'intention était bonne mais l'exécution horrible", selon le directeur sportif de Tinkoff, Lars Michaelsen).

AFP

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK