Campenaerts très déçu après cette deuxième place à cause d'un incident technique au Giro

Victor Campenaerts déçu après sa deuxième place au Giro
Victor Campenaerts déçu après sa deuxième place au Giro - © Fabio Ferrari/LaPresse - LAPRESSE

A son grand désarroi, Victor Campenaerts (Lotto Soudal) a terminé deuxième du contre-la-montre du Tour d'Italie, dimanche. La déception a prévalu. Victime d'un incident mécanique à 1.500m de l'arrivée, le champion de Belgique n'a terminé qu'à 11 secondes de Primoz Roglic.

"Oui, c'est dû au changement de vélo. Que puis-je dire? C'est très malheureux. Bien sûr que je suis déçu. Je pense que ça va m'empêcher de dormir", a déclaré le recordman de l'heure.

Avant le départ, Campenaerts ne se donnait aucune chance de gagner, ni peu après son arrivée: "Je sais à quel point Roglic est en forme et qu'il grimpe bien. Je suis réaliste. J'ai remué ciel et terre pour monter le plus vite possible, mais les watts par kilogramme de poids corporel ne mentent pas. Etre malchanceux et malgré cela, battre Roglic, ce n'est pas possible."

Après l'arrivée de Roglic, Campenaerts a tenu un autre discours. "Oui, je me suis peut-être surpris moi-même. Mais à la fin, je n'ai de toute façon pas gagné et c'est la déception qui domine. Peut-être même plus que si j'avais été cinquième. Alors j'aurais peut-être dit: 'bien joué dans un contre-la-montre sur papier en montée'".

Campenaerts va se tourner dorénavant vers le contre-la-montre final à Vérone, qu'il avait déjà dit préférer à ceux de Bologne et Saint-Marin. "J'espère que Primoz aura un peu plus souffert avant ce contre-la-montre final que maintenant. Je pense que j'ai fait plus que lui en ce moment et j'ai encore été proche de la victoire. J'ai beaucoup de confiance pour cette dernière étape, mais c'est encore loin, bien sûr."

Roglic: "Campenaerts a roulé dans des conditions plus sèches"

Avec une impressionnante victoire dans contre-la-montre, Primoz Roglic a pris une minute de plus à ses principaux rivaux dimanche au Tour d'Italie. Toutefois, le Slovène demeure très prudent dans ses déclarations.« C'était un bon chrono pour moi. Tout s'est bien passé, j'ai fait de mon mieux et j'en suis heureux », a expliqué Roglic. « La différence avec Campenaerts, c'est qu'il a roulé dans des conditions plus sèches. Pendant ma course, il a plu fort. Je suis allé très lentement dans le virages à cause de la pluie, mais sur le plat et dans la montée la météo ne comptait plus. » Plus tôt dans ce Giro, Roglic avait déjà remporté le court contre-la-montre d'ouverture à Bologne, sur un profil similaire. « Le chrono de ce dimanche était long et difficile. C'était assez dangereux à cause de la pluie. Dans la montée, j'ai commencé à accélérer et cela s'est avéré suffisant pour gagner l'étape. Tout s'est déroulé comme prévu. Je suis content de cette victoire et du temps que je prends sur mes concurrents. » Qui considère-t-il comme ses plus grands adversaires? « On verra plus tard qui est toujours dans le jeu. Il reste encore beaucoup de chemin, beaucoup de kilomètres à parcourir et beaucoup de montagne, donc c'est toujours bien d'avoir des secondes d'avance avant les jours à venir. Il peut encore se passer beaucoup de choses. Maintenant, je vais profiter de la journée de repos avant d’œuvrer sur les étapes de montagne. »

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK