« Ackermann a fait l'effort trop tôt », estime Ewan

Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a remporté son deuxième succès sur ce Giro. Le moment qu'il a choisi pour lancer le sprint a, selon  lui fait la différence.

"L'étape était plus longue et cela me convenait davantage, les autres sprinteurs avaient mal aux jambes. La dernière ligne était moins en faux-plat que ce que je pensais. Mais l'équipe a fait un excellent travail pour me positionner. J'ai pris la roue de Pascal Ackermann qui a fait l'effort trop tôt. J'ai attendu, j'ai eu le bon timing. Avec le vent contraire, il ne fallait pas se tromper. Deux victoires, c'est encore mieux que ce que j'espérais."

Arnaud Démare (Groupama-FDJ), vainqueur ce mardi, n'a pas pu rééditer son succès. Il a terminé 2e mais s'est consolé en endossant le maillot cyclamen: "Je ne suis pas passé loin... Avec le vent de face et un léger rétrécissement aux 750 mètres, on avait pris l'option d'être devant. C'était un peu tôt, ça faisait long pour Ramon (Sinkeldam) et Jacopo (Guarnieri). J'ai laissé passer un coureur de Bora devant moi mais j'ai eu difficilement l'ouverture. Ewan est très explosif, c'était dur de revenir. C'est dommage d'avoir attendu la dixième étape pour lever les bras mais l'objectif est atteint. Le maillot (cyclamen) est une consolation. Maintenant, je vais me battre pour le garder. On va le défendre au maximum dans la montagne, il faudra rentrer dans les délais."

Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) s'est classé 4e. Une nouvelle place d'honneur, mais aussi une nouvelle déception. Alors que la montagne se profile, l'Italien a décidé de quitter le Giro. Il le fera sans le moindre bouquet. "Je suis déçu, je n'ai pas atteint mes objectifs. J'ai fait trois fois deuxième, une fois premier avant d'être déclassé. Je manque peut-être d'explosivité mais je ne pense pas être hors de forme. Je suis désolé parce que ça aurait été bien de gagner avec le maillot de champion d'Italie. Quelque chose ne fonctionne pas. Si j'avais compris ce qui ne va pas, j'aurais gagné aujourd'hui. Je ne suis pas serein. Je dois réfléchir à tête reposée, débrancher, récupérer de l'énergie mentale. Mon Giro se termine aujourd'hui. J'ai pris des vestes dans ma carrière et je me suis toujours redressé."

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK