Wiggins veut terminer sa carrière sur route en beauté

Cyclisme: Bradley Wiggins ambitieux à Paris-Roubaix
Cyclisme: Bradley Wiggins ambitieux à Paris-Roubaix - © YORICK JANSENS - BELGA

Il faut désormais remonter jusqu'à 1981 pour trouver un vainqueur du Tour de France (Bernard Hinault) inscrit au palmarès de Paris-Roubaix. Alourdi d'une petite dizaine de kilos par rapport à l'été 2012, l'année de sa victoire sur la Grande Boucle, Wiggins se dit prêt à rompre le sort dès dimanche à Roubaix.

Neuvième l'an dernier, Wiggins a depuis lors annoncé que son objectif de la saison 2015 était de remporter sa dernière course de renom sur route (il participera encore au Tour du Yorkshire du 1er au 3 mai mais sans réelle prétention). Avec ses 8 kilos en plus, Wiggins n'a rien laissé au hasard pour concurrencer ses adversaires habitués des classiques. "C'était plus facile de gagner 8 kilos pour Paris-Roubaix que de perdre du poids pour remporter le Tour", a déclaré Sir Bradley lors de sa conférence de presse à Courtrai. "Je suis concentré sur cette course, j'y ai beaucoup travaillé. J'essaye de ne pas trop penser au fait que c'est ma dernière course. Je ne veux pas devenir nostalgique de Paris-Roubaix. Le plus important maintenant, c'est la course de dimanche et je dois m'y rendre avec cet état d'esprit pour bien prester".

La semaine dernière, Wiggins a reconnu le parcours en compagnie de Johan Museeuw qui n'a pas hésité à lui donner des conseils. "C'était un immense honneur de le rencontrer", a-t-il confié. "C'était mon idole lorsque j'étais petit, j'avais des posters de lui dans ma chambre à côté de Franco Ballerini et Miguel Indurain. Sans de grands coureurs comme lui, je ne serais pas ici en train de vous parler de Paris-Roubaix. Grâce à eux, je suis tombé amoureux du sport".

Bradley Wiggins se sent plus fort que la saison passée. "Je pense que je suis meilleur, je me sens mentalement et physiquement plus fort. Je suis prêt. Du circuit Het Nieuwsblad jusqu'à maintenant, j'ai réalisé une préparation parfaite. A l'exception de ma chute au Tour des Flandres, tout s'est parfaitement bien déroulé. J'ai encore souffert de cette chute en début de semaine mais j'ai vite récupéré. Je suis content de pouvoir prendre le départ. Je ne pense pas que j'aurais pu aborder la chose de manière différente. J'ai presque reconnu le parcours chaque mois durant l'hiver et j'ai aussi un nouveau vélo.

Malgré les critiques reçues la semaine dernière concernant leur stratégie de course sur le Ronde, l'équipe Sky est également prête à affronter l'Enfer du Nord. "Comparativement au Tour des Flandres, je pense qu'il sera plus facile de rouler en équipe devant dimanche. Mais ça ne veut pas dire que c'est ce que l'on fera. C'est la course qui nous le dira. Une chose est sûre: j'ai une équipe très forte. L'an dernier nous n'avons pas assez communiqué dans le final. C'était de notre faute. Une erreur qui ne se reproduira pas cette année. Tout le monde se sent bien au sein de l'équipe, on s'amuse ensemble. Dommage qu'il faille mettre un terme à cette histoire dimanche", a-t-il conclu.


RTBF et Belga

Et aussi

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK