Wellens : "Quand j'ai attaqué, tout le monde était mort grâce à mes coéquipiers !"

Tim Wellens était l'un des favoris du Grand Prix de Wallonie ce mercredi, et le leader de la formation Lotto-Soudal a réussi à tirer son épingle du jeu face à des coureurs de la trempe de Thibaut Pinot (FDJ), piégé dans le final, ou encore Dylan Teuns (BMC) et Jan Bakelants (AG2R), présents dans la bonne échappée, mais incapables de réagir lorsque le Limbourgeois a placé son attaque décisive dans le Tienne aux Pierres.

Bien aidé par ses coéquipiers Tony Gallopin et Tiesj Benoot, eux aussi présents aux avant-postes du côté de Namur, Tim Wellens a offert un véritable récital lors des vingt derniers kilomètres de l'épreuve... et tout cela était prémédité.

"Je suis super content !, a souri Tim Wellens au micro de la RTBF. C'était magnifique. Je dois remercier Tony et Tiesj d'avoir réussi à neutraliser le reste de l'échappée derrière moi, et mes autres coéquipiers, dont des stagiaires, qui ont réussi à contrôler la course. C'était parfait ! Avant la course, j'ai dit que j'avais les meilleures jambes de l'équipe, que nous devions durcir la course et que les autres devaient se sacrifier pour moi, parce que je savais que j'étais super bien. Ils l'ont très bien fait, on a durci la course, et dans le final, j'ai pu en profiter : quand j'ai attaqué, tout le monde était mort grâce à mes coéquipiers !"

Le Limbourgeois, qui a décroché à Namur son cinquième succès de la saison, sera l'un des hommes à suivre lors des Championnats du Monde en Norvège, le 24 septembre prochain.

"Il y a quelques semaines, j'ai déjà prévenu Kevin De Weert, le sélectionneur national, que je me sentais bien et que j'aurais des super bonnes jambes aux Mondiaux, a conclu Tim Wellens. Je me suis entraîné très fort derrière la mobylette, en faisant souvent des sorties de 270 kilomètres pour préparer ces Championnats du Monde. J'aurai des bonnes jambes dans deux semaines !"

Newsletter sport

Recevez chaque matin l'essentiel de l'info sportive.

OK